news|

FUJI X100s : une jolie (r)évolution
'On Air' le 28 Mar 2013 à 04:03:00| 43792 lectures



Follow-me on Twitter or Facebook :
S'abonner ? dominikFoto sur Twitter
Ca y est, je l'ai, le fameux FUJI X100s. Depuis seulement deux jours déjà. Ce sera mon troisième bébé dans la série X de FUJI. Cette évolution du tout premier né de la gamme était attendue après la sortie du fameux grand frère : le X-PRO1. Je vais tenter de vous faire partager mes premières impressions malgré, je vous l'avoue, un engouement presque indicible.




Un "S" qui veut dire "Sublime" ?


Cela faisait déjà plus d'un mois que j'étais devenu orphelin en me séparant de mon fidèle x100. Il est parti dans d'autres mains. Lorsque j'ai déballé la boite de son remplaçant, j'ai retrouvé avec joie son joli design. Mis à part le "S" et le "made in Japan" déplacé en bas du boitier, rien de bien nouveau esthétiquement parlant. Je le dis et redis, même si je dois pour cela me répéter, mais FUJI a signé il y a 2 ans un magnifique compact rétro. J'en suis tombé raide dingue. Et depuis, je me sépare plus jamais de l'un d'eux.

L'évolution apportée par FUJI sur ce nouveau modèle, une "simple" évolution, peut paraître pour certains anecdotique. Dans les faits, c'est un peu plus que çà et je vais tenter de vous l'expliquer. Sachez que, si vous êtes déjà possesseur d'un X100, il faudra toutefois revoir certaines habitudes. Et oui, une évolution ergonomique et fonctionnelle a été opérée et vous allez devoir vous y faire. Rassurez-vous : ce n'est que du bonheur.
Pour faire court : désormais, vous avez un X-PRO1 à optique fixe entre les mains. Pas mal non ?

Je commence par faire l'inventaire du matos dans la boite : tiens, pas de carte SD ?

Je déballe la batterie déjà en partie pré-chargée : je remarque la présence d'un petit détrompeur visuel orange sur l'un des côtés de la batterie. Cependant, là encore, il est relativement facile de se planter de sens lors de son insertion.
Bon, allez, j'insère une carte SD de 6Go en EXTREME PRO, ferme la trappe, et passe au petit réveil du boitier en poussant le bouton "ON".
J'entend un "kzzzz", et s'affiche l'écran de démarrage. Ca y est ! C'est son premier souffle...
Je soupire de bonheur :)





Prise en main


Je m'active à effectuer les paramétrages.
Une fois fait, je découvre le menu du x100s. Il est assez proche désormais de celui du X-PRO1. Normal. On y reviendra.
Mes petits doigts essayent de retrouver les automatismes d'avant...

1) Premier choc : par rapport au x100, le bouton RAW a disparu. Pas un mal en soit car il ne servait à rien. Pire, on pouvait désactiver le mode RAW par inadvertance. C'est pourquoi la plupart des utilisateurs ont été ravi lorsqu'une première mise à jour du firmware a permis de redéfinir cette touche à loisir. La plupart l'ont associé à l'activation du "Filtre ND" (une fonction tellement géniale qu'on regretterait presque de ne pas l'avoir sur le X-PRO1 !). Désormais, il est remplacé par le bouton "Q" au design plus plat, donc moins sujette à une activation inopinée. Grâce à lui, vous pouvez parcourir les principales fonctions sur un seul écran ("QUICK").

2) Deuxième surprise : le bouton AF. Il a enfin disparu de la gauche. Tout se commande d'un seul doigt situé à droite. QUEL BONHEUR ! Autant vous avouer que j'en ai rêvé ! Et FUJI nous a entendu ! Désormais, fini les cabrioles de la main gauche pour activer l'apparition des collimateurs et l'usage de la main droite pour le positionner. On gagne en ergonomie et donc en rapidité.

3) Le bouton DRIVE bascule désormais à gauche comme pour le X-PRO1. Là je m'arrête un moment car tiens à faire remarquer aux ingénieurs de FUJI qu'ils ont fait une petite boulette. En effet, plusieurs surprises de taille :
- je remarque que la fonction DRIVE est beaucoup moins complète que celle du X-PRO1 et même de l'ancien X100.
J'ai un mode "PHOTO", "RAFALE" (jusqu'à 6 im/s), "BRACKETING", "EXPOSITION MULTIPLE", "PANORAMA" et "FILM". Vous allez me dire que c'est déjà pas mal. Mais il manque plusieurs modes de bracketing (ISO, PLAGE DYNAMIQUE, ...).
- deuxième surprise : le positionnement du bouton Drive est (encore une fois) différent de celui de leurs autres boitiers. Je trouve dommage que l'on n'ait pas une certaine cohérence entre eux. Ayant un X-PRO1, un X100 et un X100s, à chaque fois les boutons et fonctionnalités sont différentes. Pitié, pensez-à nous, utilisateurs ! :)
- autre surprise et de taille : la disparition du mode ZOOM pour la video. Sur le X100, vous pouviez en mode VIDEO doubler la focale en appuyant sur la loupe. Désormais, impossible. Snif ! J'avais remarqué cet oubli sur le x-PRO1 (erreur de la documentation en passant). Cette disparition sur le X100s me fait penser qu'il y a là un besoin d'un éclaircissement de la part de FUJI.

4) la molette de correction d'exposition semble plus dure. A vérifier.


Voilà pour les impressions lors de la toute première prise en main.
Passons maintement à l'usage sur le terrain.



Mise à l'épreuve


Optiquement parlant, le 23mm-f/2 est redoutable. Son piqué à pleine ouverture est tout bonnement fantastique. Je rappelle en passant que le capteur APS-C grâce à sa nouvelle matrice "x-trans" ne possède pas de filtre passe-bas. Ce qui explique l'extraordinaire précision des images obtenues. On passe tout de même d'un capteur de 12Mp (pour le x100) à un 16Mp doté d'une nouvelle matrice et d'un tout nouveau processeur de traitement utra-rapide. Même le X-PRO1 ferait presque pâle figure au niveau réactivité et confort... et il y a fort à parier que l'on subisse une petite évolution d'ici quelques mois.

Le petit bémol sur ce 23mm, c'est la déformation que l'on ressent sur les bords. Fort heureusement, des logiciels tels que DXO ou eLR4 arrivent à prendre en compte cette correction optique.

La base de l'image - le rebord - est légèrement déformé.


Là encore, même petit soucis (suivez la ligne rouge du regard). Les couleurs sont quant à elles fidèles à la norme FUJI, tout du moins dans le mode Standard.


Exemple de couleurs d'une fresque en mode Standard.


Le N&B de FUJI est particulièrement agréable. A noter que l'on peut réaliser plusieurs preset en corrigeant la dureté des ombres, de la lumière, de l'accentuation...


Dans les cas suivants, je met en évidence les potentialités du boitier à pouvoir gérer la montée en sensibilité et donc le bruit grain. A vous de juger :

Ici, ouverture maximale de f/2

200 ISO 250 ISO 320 ISO 400 ISO
500 ISO 640 ISO 800 ISO 1000 ISO
1250 ISO 1600 ISO 2000 ISO 2500 ISO
3200 ISO 4000 ISO 5000 ISO 6400 ISO


[NB] Je voudrais juste préciser quelques points suite à la lecture de remarques sur un forum photo à la vue de ces exemples. Les prises de vue suivantes de ce test ont toutes été réalisées sur pied et avec le retardateur (sans miroir, je le rappelle, donc sans vibration). Il n'y a aucun flou de bouger. D'ailleurs, le centre de la fleur est plutôt nette. ;)
Les effets de halo (aberrations tranchées autour de la fleur) sont ici normales. L'analyse est simple : pleine ouverture + fort contraste (surtout le blanc) + distance de map réduite (et donc pdc très courte, je rappelle que nous sommes avec un capteur APS-C). Tous les ingrédients sont réunis pour obtenir un effet de débord peu esthétique. Il est également accentué par le profil sRGB paramétré par défaut sur le boitier (donc plus restreint que le AdobeRGB), dans le cas précis où ici les couleurs sont mal restituées. Fatalement, le dégradé est plus tranché.
Bref, il suffit de regarder les autres clichés à f/4 ou encore les autres exemples à pleine ouverture pour se convaincre que nosu nous trouvons là dans un contexte singulier dont la rigueur est parfaite pour démontrer les performances mais aussi limites de ce magnifique 23mm-f/2 FUJINON.
Mon blog est ouvert à l'échange, au dialogue. Alors si vous avez un quelconque doute, une question, voire même des remarques, n'hésitez pas à intervenir ici au lieu de partir dans des suppositions peu constructives. ;)


Ici, ouverture de f/4 :

200 ISO 250 ISO 320 ISO 400 ISO
500 ISO 640 ISO 800 ISO 1000 ISO
1250 ISO 1600 ISO 2000 ISO 2500 ISO
3200 ISO 4000 ISO 5000 ISO 6400 ISO


Bilan : Encore une fois, le piqué à pleine ouverture (f/2) est excellent. Le maintien des teintes est là aussi bluffant : entre 200 et 6400 ISO, aucune variation de teinte. Bref rien à dire. Enfin si : WOW !


Des fonctionnalités héritées du X-PRO1, et d'autres pas...


- En premier lieu, le x100s profite de tous les traitements que propose le x-PRO1. Provia (Standard), Velvia, Astia, Negatif couleur, Négatif couleur vive, N&B (avec divers filtres ou sans), sépia.
- Vous avez aussi la possibilité de basculer votre image en format carré(1:1). Cela semble gadget. Personnellement, je ne trouve pas. Cela rappelle les formats carrés des Moyens Formats.
- l'apparition des "filtres avancés" (à utiliser avec précaution - voir note en bas de cette page) fait en revanche parti des nouveautés : effets de flou artistique, couleur partielle, effets retro, couleur Pop, etc...
- la visée partagée ou par contraste 3D lorsqu'on bascule en mode de mise au point manuelle est une nouveauté.
- ce boitier dispose d'une option de menu spécifique si vous souhaitez l'équiper d'une carte EYE-WIFI.
- vous pouvez également accéder à un compteur de déclenchements

Pour un détail plus complet des fonctionnalités et spécifications, je vous invite à (re)lire mon test sur le x-pro1. Il est en tous points semblable (ou presque) puisque nous sommes face au même capteur.

Post-traitement perso en partant du RAW.



Le mode Video, un luxe ?


Le mode video restera pour moi toujours optionnel. A cela, plusieurs raisons :
- il faut pouvoir stocker la video sur des cartes volumineuses et rapides, au risque de ne plus pouvoir continuer à prendre des photos
- j'ai du mal personnellement à choisir le mode video. Je suis toujours plus à l'aise psychologiquement parlant pour prendre une image fixe qu'une image animée. Question de "réflexe" :)
- un effet de lag assez important lors d'un mouvement m'a toujours dérangé. C'était visiblement sur le x100, mais aussi sur le x-PRO1. Le x100s semble avoir fait des progrès notables.
- pas de stabilisation
- une mise au point centrale assez dure à maitriser et assez bruyante, qui impose de basculer en mode de MAP manuel. Le petitesse de la bague de MAP ne facilite d'ailleurs pas les choses.
- pas (plus) de zoom : on perd une option que j'aimais bien sur le x100, la possibilité de faire un crop de l'image au facteur x2.
J'ai fait quelques tests video et on peut remarquer que la qualité est là. Il faudrait un jour que je creuse un peu plus le sujet. Cependant, ce mode à l'avantage de servir de roue de secours pour immortaliser - avec une qualité d'image époustouflante - un instant de vie en video, tout du moins lorsqu'on a oublié son fidèle smartphone à la maison :)


Le mode panorama


Le déclenchement est plus rapide qu'auparavant, grâce entre autre à la vitesse de traitement du processeur. Cela facilite du coup la création de panorama qui était parfois hachée : on avait tendance à aller plus vite que le rythme naturel du boitier d'où les échecs. (voir exemple du x-pro1)


Allez, c'est parti !


Sa prise en main est toujours aussi agréable.
J'aime sa taille, facile à ranger dans une poche, à trimbaler. Il est passe-partout, discret.

Ce qui frappe encore plus, c'est la rapidité de l'autofocus. FUJI n'a finalement pas menti.
Ce qui est agréable, c'est que la firme japonaise a tenu compte des retours des utilisateurs.
Lorsqu'on presse le bouton, on remarque indéniablement une plus grand réactivité par rapport à l'ancien modèle qui était tout de même assez véloce. Je tiens toutefois à apporter une précision. Oui, le x100s est rapide, plus rapide que ses prédécesseurs. Cependant, il faut relativiser. L'AF est dépendant de l'aspect mécanique. Il lui faut donc du temps pour effectuer la netteté, de trouver le point de focus puis ensuite de passer au déclenchement. Le déclenchement, lui est rapide. L'AF aussi. Mais encore une fois, tout dépend du sujet, du contexte de prise de vue, de l'ouverture également. A pleine ouverture, si le sujet est en mouvement, il patine un peu. Normal. Il est en revanche plus réactif avec une ouverture plus standard et si la lumière est bonne. Je fais mon petit pénible sur ce point afin d'éviter que l'on confonde un peu tout. Possédant un réflex pro (un NIKON D3s), on a du mal à expliquer que l'on doit faire la distinction entre un AF de Reflex et celui d'un Hybride. Pour l'instant, ce sont deux mondes différents. Deux usages différents. Certes, qui se rapprochent, mais encore une fois, j'insiste, on a là deux matériels avec des exigences distinctes. J'y reviendrai plus bas dans cet article.
Que l'on ne s'y trompe pas, le x100s nous apporte un confort supplémentaire que j'ai éprouvé à maintes reprises. Il arrive à choper le focus dans 90% des cas avec une rapidité étonnante. A basse lumière et sur des zones de contraste peu importantes, là, il lui arrive de patauger dans la purée. C'est à nous de savoir comment le manier et connaître ses limites.
C'est pourquoi je vais rester sur une note positive, très positive même. Il m'a fallu quelques mois pour maitriser mes différents boitiers. Le x100s ne fait pas exception à cette règle. Et de premier abord, je peux vous certifier qu'il y a un mieux. Vraiment. J'ai même dû pour m'en convaincre le pousser un peu loin dans ses retranchements. C'est après, avec un peu de recul, que je me suis rendu compte qu'il y avait une nette évolution. Alors merci FUJI !

Un autre point positif, c'est son viseur LCD (nouvelle définition) d'une lisibilité extraordinaire. Un vrai confort. Si je le compare à celui du X-PRO1, c'est carrément mieux, beaucoup plus fin et précis ! J'ai envie de dire qu'on est face à l'évolution que nous a octroyé APPLE lors de la sortie de ses écrans Retina.

Un autre point d'excellence, pour rester dans cette partie de la prise en main, c'est l'amélioration notable de la mise au point manuelle. Franchement, c'est génial. J'ai l'impression (le cercle en moins) de retrouver le mode de mon ancien FM2 NIKON, mais en version numérique. Rapide, efficace, c'est ENFIN la solution qu'on attendait tous. Là encore, FUJI innove. Chapeau !
Il faut passer par le menu "ASSIST. MAP" et "DIVISER" pour l'activer. Ce mode d'affichage pour régler la netteté est bluffant d'efficacité. J'ai même le sentiment que la bague optique est plus sensible, plus agréable (les pas ont été améliorés ?).

On distingue bien sur cette image la zone grisée permettant de faciliter la MAP manuellement.



Encore quelques images ?


Si vous avez un X-PRO1, vous ne serez pas dépaysé. On a ni plus ni moins que son frère en 23mm-f/2 entre les mains.
Je suis déjà tellement bluffé par la qualité de mon x-PRO1 que je vais pas revenir sur le sujet. Il suffit de lire mon article sur le X-PRO1 pour comprendre que nous sommes face à un boitier d'exception. Je remarque, à carte SD égale et même paramétrage, une plus grand rapidité de traitement sur le X100s.

Cela dit, je vais plutôt vous laissez contempler quelques clichés que j'ai post-traité et d'autres que j'ai délibérément laissé tel quel, directement sorti du boitier (JPEG). Car j'insiste sur le sujet : FUJI excelle dans son traitement JPEG. Le RAW est un confort pas négligeable pour s'assurer un retraitement des images. La récupération des hautes et basses lumières est évidemment un luxe qui, pour un pro, est nécessaire en de nombreuses circonstances.


Post-traitement perso en partant du RAW.


Post-traitement perso en partant du RAW.


Post-traitement perso en partant du RAW.


Post-traitement perso en partant du RAW.


Post-traitement perso en partant du RAW. Portrait de rue.


Post-traitement perso en partant du RAW. Portrait de rue.


N&B à partir du JPEG.


Les trois petits cochons en famille - A partir du RAW


Quelques spécifications en vrac...


- La MAP minimale : une belle modification entre le X100 et le X100s, c'est la redéfinition de la distance minimale de MAP. Précédemment placée à 85 cm, elle a été réduite aux alentours de 50 cm. Perso, j'ai eu l'impression qu'on était a beaucoup moins que çà, genre 20 cm. A vérifier. Pour le mode macro, elle passe à 10cm et inférieur. Etrange ce delta entre distance mini macro et Map normale...

St-François d'assise en gros plan. Clin d'œil au nouveau Pape ;)



Le printemps est là (JPEG)



- La vitesse : elle est plafonnée à 1/4000e. Cela donne une peu de latitude pour figer de l'action. Le mode "B" (pour BULB) vous permet d'actionner un déclencheur manuel ancienne génération.

- Le traitement FUJI : Je tiens à revenir sur cet aspect que l'on oubli souvent.
Avec le temps, je me suis rendu compte que je gardais les habitudes de mes boitiers NIKON. Celui de prendre en RAW, puis d'ajouter ma "patine", enfin, ma "FUSINA touch'" par un post-traitement spécifique. A l'usage, les FUJI de la gamme X vous font de nouveau aimer les rendus "argentiques". J'ai mis du temps à l'admettre, tout du moins dans mon flux de travail, mais ceux que proposent FUJI sont excellents. A tel point que j'en arrive de plus en plus à me contenter des JPEG générés par le boitier. Et cela à le mérite d'être sou:igné. Les N&B sont sumbimes, intenses, uniques. Quant aux versions Velvia, Astia, Provia, ou encore les négatifs couleurs, on retrouve cette patine qui nous rappelle la douceur et l'authenticité de nos anciennes peloches ! Quel bonheur. Il m'aura fallu presque 2 ans pour admettre cet état de fait. Comme quoi, les automatismes engendrées par le numérique pour masquer/corriger les imperfections des rendus de base ont fait pas mal de ravages. FUJI nous réconcilie avec un rendu brut mais efficace, celui qui est unique, dont on doit se contenter, même imparfait. J'acquiesce.

CARTON ROUGE : A noter qu'APPLE ne propose toujours pas à l'heure actuelle de décodage natif des RAW des boitiers FUJI dotés des capteurs x-TRANS (x-PRO1 et x100s). C'est scandaleux. Quant à ADOBE, il aura fallu attendre 6 mois pour qu'ils daignent proposer une solution relativement passable pour LightRoom, puis ensuite 6 mois de plus pour proposer un correctif afin en améliorer le rendu, ce décodage Raw n'exploitant pas vraiment les potentialités de cette nouvelle matrice. C'est pourquoi, bien des fois, je me suis tourné vers le format natif JPEG du boitier. On n'est pas franchement aidé !

Un bon N&B en sortie direct du boitier.


Là encore, un N&B made in FUJI.


De bons croissants en traitement ASTIA ;)


Portrait de Nataly à partir du raw mais sans traitement particulier (2500 ISO).


Portrait de Nataly à partir du JPEG sorti du boitier en mode N&B (2500 ISO)


De bons oeufs frais pour pâques ?


Roses à contre-jour à 2000 ISO


Bougies à 2000 ISO à f/2.8


Portrait à partir d'un raw : f/8 et 200 ISO


Heurtoir d'une porte : f/5.6



Le bruit ou le grain ?


Bon allez, je ne peux m'empêcher de parler de la chose qui me plaît le plus chez FUJI : la gestion du bruit.
Depuis l'origine de ses boitiers de la série X, FUJI a apporté la dimension de grain. C'est plus vrai sur les capteurs "x-trans" qui se composent d'une matrice très particulière, réalisée par ses ingénieurs.
Certains peuvent trouver qu'une sensibilité de 6400 ISO est trop limitative. Personnellement, je ne trouve pas. Je préfère un 6400 ISO bien maitrisé, colorimétriquement juste et avec des détails conservés, le tout avec une optique très lumineuse, plutôt qu'un boitier qui monte à 12 800 ISO qui bruite à mort, qui me vire les couleurs, et une optique moyenne ou limitée. Et sur ce point, FUJI a fait très fort.
N'oubliez pas avant tout que nous sommes sur un capteur APS-C !
La montée de bruit ? Qu'importe. Ici, c'est bien du grain. Et j'assume cette dénomination pourtant réservée jusqu'à présent au monde de l'argentique.

Photos réalisées à main levée à 6400 ISO (JPEG sorti du boitier) :
N&B à partir du JPEG en vue de nuit à 6400 ISO


LYON's OPERA | FUJI X100s


Des trucs à dire


Enfin, j'aime bien terminer mes tests par diverses remarques.

Les plus :
- le mode "Auto ISO" a été modifié mais toujours présent. On retrouve bien la possibilité de définir une vitesse minimale afin que le boitier augmente la sensibilité automatiquement jusqu'à un seuil limite. Cette option est vraiment extrêmement pratique en mode priorité à l'ouverture. Je souhaiterai juste que FUJI bascule aussi cette fonction sur les X-PRO1, sachant que je n'utilise pas le mode AUTO ISO car la vitesse plancher est fixée à 1/40e S. Autant dire qu'avec un 60mm, c'est un cliché flou assuré !

Les astuces :
- si vous laissez le bouton "Q" appuyé durant 2 secondes, l'écran va s'éclairer en mode intense. Pratique en plein soleil par exemple.
- L'appuie durant 2 secondes du bouton "DISP/BACK" vous permet de basculer en mode "SILENCE/SANS FLASH". N'oubliez surtout pas de le désactiver si vous greffez un flash externe dessus...
- en mode "MF", l'appuie durant 2 secondes sur le bouton "MENU/OK" vous permet de choisir le mode AF manuel. Pratique ;)

Les bizarreries :
- à l'allumage, il arrive (encore) que le boitier s'allume et se mette en mode "ALLO ? ALLO ? Y'A PERSONNE LA ?". En clair, il est réveillé mais reste bloqué. Il faut l'éteindre et le rallumer. J'ai jamais pigé comment reproduire ce soucis, mais cela m'est déjà arrivé avec le X100 et le X-PRO1. Serait-ce lié à l'activation du mode oculaire ? Va falloir creuser...
- la perte du bouton RAW programmable nous fait perdre l'usage très utile du filtre ND sous forme de raccourci ; on est donc contraint d'aller le chercher dans les menus. A noter qu'on ne le retrouve pas non plus dans le menu "Q" !
- à quand une prévisualisation miniature qui permette de voir en temps réel les traitements possibles. C'est bien de choisir "VELVIA" ou "PROVIA", mais impossible de savoir en temps réel l'impact sur l'image. Une petite vignette arrangerait tout non ? ;)
- on ne peut pas lancer un des effets de filtre en post-traitement, c'est à dire après avoir effectué la prise de vue. On ne peut le choisir que lors de la capture. Mais le plus étrange est à suivre : si vous choisissez un mode RAW en décidant d'appliquer un quelconque effet de filtre (le flou par exemple), votre fichier ne sera pas en RAW mais en JPEG. Vous perdrez toute possibilité ensuite de le retraiter ! Faites donc TRES attention et vérifiez qu'aucun filtre n'est activé !

Les conseils :
- faites l'acquisition d'une carte SD ultra rapide. Préférez une carte écrivant à plus de 90 MB/s, comme par exemple les EXTREME PRO de Sandisk. Vous gagnerez en réactivité : les temps de sauvegarde se retrouveront diminués de moitié et idem pour la consultation de vos photos. Lisez mon article qui en parle ici.

Des mises à jour du firmware viendront probablement apporter quelques améliorations prochainement... A suivre donc !


Que penser de la mallette prestige ? [new]


Personnellement, elle n'apporte aucun intérêt. Les accessoires présents sont des gadgets inutiles. C'est en revanche un beau concept marketing que FUJI avait étrenné lors de la sortie du FUJI X-PRO1. Toutefois, le contenu était en l'occurrence beaucoup plus attractif : étui cuir, grip, filtres UV, 3 optiques... C'est pourquoi je vous recommande de mettre la différence dans l'achat d'un étui cuir et pourquoi pas dans une extension de garantie. C'est toujours plus utile, par précaution/protection, et tout particulièrement lors d'une revente potentielle ;)

Mes prochains achats :
- J'attend désormais la sortie du nouvel étui cuir ("LC-X100s")* qui n'est ni plus ni moins que la reprise de l'ancien mais avec une trappe évitant ainsi de tout démonter pour accéder à la carte ou à la batterie. Enfin ! :)
- faire l'acquisition de la bague qui permet de monter les filtres. Je m'en étais passé jusqu'à présent mais bon, pouvoir visser un Polarisant me serait d'une grande utilité...
- Quant au pare-soleil, on verra. Car ceux qui en ont fait l'acquisition savent désormais qu'il est incompatible avec l'étui, ce qui impose son démontage systématique avant de le ranger. Bof bof donc...
(*) A noter que l'étui offre de nombreux autres avantages : la discrétion, la protection mais aussi et surtout d'éviter de remettre le bouchon sur l'optique donnant ainsi plus de réactivité en cas d'un "dégainage" urgent ;)


De l'intérêt à posséder à la fois un X-PRO1 et un X100s ?


Certains de mes amis photographes, amateurs ou pro, m'ont souvent questionné sur le sujet. C'était déjà le cas avec le X100. Pour ma part, je trouve ces deux boitiers complémentaires, non par l'optique, mais par l'usage. En effet, le X100 possède des spécificités qui le range dans une catégorie à part. Son optique fixe peut sembler rédhibitoire alors que pour moi, c'est un atout. Par milieu très salissant, le X100 nous garantit un bloc optique/capteur toujours propre, confiné, sans poussière. Les petites ouvertures sont possibles sans crainte de voir monter une armada de point noir sur l'image. je peux vous garantir que ce n'est pas rien !

L'autre avantage, c'est sa discrétion. Elle l'est dans son apparence rétro qui rassure, sa dimension plutôt modeste. Son côté nostalgique séduit, et pour beaucoup, la méprise avec un argentique nous permet d'être considéré avec délectation à un vieux baroudeur. Je me rappelle de ballades dans des quartiers assez chauds de Naples où la sortie de mon X100 me donnait plus de sérénité que de sortir mon D3s avec son 24-70mm/f2.8. Sa discrétion au déclenchement, c'est aussi un point important. Quasi imperceptible en environnement urbain, il devient inaudible même dans un milieu ultra silencieux lorsqu'on active le mode "SILENCE". Autant dire que certains clichés "discrets" peuvent être réalisés avec encore plus de facilité.

Avec le X100s, on passe un nouveau cap par rapport à la première version. Sa montée en ISO, équivalente à celle du X-PRO1 est pour moi un atout supplémentaire. C'était pourtant pas rédhibitoire sur l'ancien modèle, sachant qu'un 23mm ouvrant à f/2 offre déjà une certaine marge de manœuvre.
Cette similitude de capteur m'offre une équivalence de traitement et de comportement avec mon X-PRO1. En matière de régularité de travail lors des post-traitements ainsi que des réglages, c'est véritablement un atout non négligeable. Se dire que je peux obtenir des images similaires sur une série avec ces deux boitiers, quelle classe ! Je n'avoue pas le passage à 16Mp pour un capteur APS-C de cette qualité, là où beaucoup d'autres fabricants échouent lamentablement en nous offrant des images trop peu dynamiques.

Bref vous l'aurez compris : je suis raide dingue de cette version évoluée. Lors de la sortie du X100, j'avais clairement annoncé que c'était le boitier dont je rêvais depuis longtemps. Avec le X-PRO1, j'avais de nouveau jubilé par le rendu des images et l'effet de grain si particulier généré par cette matrice innovante. Le X100s est donc l'évolution naturelle que beaucoup attendaient.

Je suis encore loin de vouloir faire une grosse infidélité à NIKON. Me séparer d'un gros boitier pour certains travaux me parait encore impossible. Toutefois le couple NIKON / FUJI est devenu pour moi incontournable. Ces différents boitiers sont complémentaires. La performance est là. Ce sont deux univers que j'adore, même si ma préférence penche petit-à-petit chez FUJI pour son esprit "pur photo", celui du quotidien, d'un objet toujours disponible, à portée de main, tourné davantage vers les "pur et dur", les passionnés, sans faire de compromis sur l'innovation à la fois technique et esthétique. FUJI, je vous aime !



At the market place | FUJI x100s [explored]
Portrait d'un maraicher post-traité à partir du raw.



Pour conclure...


Le x100s, évolution du x100 sorti il y a un peu plus de 2 ans, est encore une fois une réussite.
Je ne peux qu'encourager ceux qui hésitent encore à franchir le pas. Il faudra cependant réserver ce boitier aux vrais purs et durs, ceux qui aiment souffrir un peu pour obtenir la belle image et qui ne se contente pas seulement d'appuyer sur le bouton. Le x100s se mérite. Et je vous promet qu'il vous le rendra au centuple ! ;)



Pour celles et ceux qui veulent des t-shirts "Like My Fuji", allez faire un tour dans ma boutique. Merci.
FOTOHEO.SPREADSHIRT.FR




Espace de téléchargement


Accès aux fichiers de tests : répertoire des originaux JPEG

Galerie Photos [new]


Découvrez aussi mes prochains clichés réalisées avec le x100s sur Flickr.





Vos commentaires :

Le 28/03/2013, 19:16 par Bertrand
Waouw! Tu me donnes envie !

Le 02/04/2013, 08:57 par Skiizo
Bonjour, je suis un passionné Fuji (X-Pro1) et je travaille dans un magasin de photo à Bruxelles. J'ai fort apprécié votre article et me suis permis de le partager sur notre page Facebook ainsi que sur notre Blog et sur notre page Twitter. http://www.facebook.com/pages/PCH/153675668037431?ref=tn_tnmn Bravo pour votre article et surtout "merci" ! Michel Fourkas

X

Le 02/04/2013, 10:45 par Johan Coppens
Et voilà un article qui sonne vrai.Pas de ooh ou whoaws malplacés.Rien que des faits d'un photographe qui connait son métier et son matériel.Absolument à lire et à partager.

Le 04/04/2013, 10:48 par Romain
Bonjour, Merci pour cette revue. J'étais sur le point d'acquérir le X100s mais à vrai dire, votre test me fait hésiter. Vous mentionnez un excellent piqué à pleine ouverture mais les photos de test me disent le contraire... Cela semble très mou (même au centre) et l'aberration est très marquée... Je savais que c'était le cas en mode macro mais les photos de test ne semblent pas être prises dans ce mode.

XBPhotographies

Le 11/04/2013, 21:16 par XBPhotographies
C'est ton article sur le nouveau Sigma 35 ART qui m'a conduit jusqu'à ton site. Et... bravo pour ton travail et la qualité des deux articles que je viens de lire sur le Sigma et le Fuji X100S. la presse écrite ferait bien d'en prendre de la graine ! Revenons au sujet. Le X100S je lorgne dessus depuis la sortie du X100 mais je n'ai pas encore franchi le pas. Concernant la qualité d'image Fuji qui n'est plus a démontrer, je voulais savoir comment il se comportait quand on triture les BL / HL. Je suis équipé en Nikon comme toi (D3S/D800) et sur la remontée des BL Nikon est vraiment au top,même si ce n'est pas forcement indispensable. Par ailleurs je vois un gros atout à ce Fuji , la synchro flash qui est sans limite... donc bien plus de latitude qu'avec un reflex souvent limité à 1/250s.

Enfin !

Le 09/10/2013, 02:38 par Evan Forget
Depuis le temps que je cherchais un article complet et détaillé, en français qui plus est, sur ce fameux Fuji X100s. Tout est parfait dans ce test, des photos à l'écriture en passant par les détails apportés. J'ai juste relevé une TOUTE PETITE faute de frappe (rien de bien méchant) "Bref, il suffit de regarder les autres clichés à f/4 ou encore les autres exemples à pleine ouverture pour se convaincre que nosu nous trouvons" => NOSU NOUS C'est dans le pavé rouge entre les deux comparatifs d'ISO. En dehors de ça, je profite de ce message pour te remercier de tout ce que tu fais au quotidien. Tu m'as beaucoup appris, et énormément émerveillé avec ton travail. Merci.

Le 05/11/2013, 15:36 par Robin
Bonjour Dominik, Assidu de tes news... je souhaite juste te préciser une erreur dans ton article : ou alors mon x100s ne réagit pas comme le tien. " en mode "MF", l'appuie durant 2 secondes sur le bouton "MENU/OK" vous permet de choisir le mode AF manuel. Pratique " Moi, en mode manuel et quand j'appuie sur le bouton "MENU/OK" 2 secondes, ça verrouille mes commandes avec l'apparition d'un cadenas. Tu peux refaire l'essai stp ? Longue vie... Robin

En effet, quoique...

Le 05/11/2013, 15:44 par Dominik Fusina
Robin, tu as raison. Si j'ai mis cela, c'est que cela devait être le cas à l'époque (à moins d'une erreur). Depuis, des mises à jour successives ont modifié le comportement du boitier. Peut-être que ceci explique cela… En tout cas merci pour la remarque.

Exprimez-vous...
Nom ou pseudo (obl.)
Email (obl.)
Web
Titre
Message (req.)
Captcha
Recopiez ce code...
>>>
dominikfoto - View my recent photos on Flickriver

©2009, Fusina Dominik - All contents are copyrighted