news|

Comment NIKON SAV m'a flingué mon D3s - MAJ
'On Air' le 28 Apr 2014 Ă  20:04:00| 301371 lectures



Follow-me on Twitter or Facebook :
S'abonner ? dominikFoto sur Twitter
Il est rare que j’arrive à un tel niveau d’exaspération. Mais il faut dire que la célèbre marque jaune a, depuis 8 mois, tout fait pour ça : des réparations qui n'en finissent pas, des retours incessants en SAV, un boitier réparé qui finalement revient inutilisable... bref, comment dégouter en quelques mois un professionnel de l'image d'avoir été fidèle à la marque NIKON durant 27 ans. Tout a commencé en août dernier lorsque je me suis décidé à envoyer mon NIKON D3s en réparation pour un vilain défaut d'image. Malgré mes réticences à le voir partir car une intervention technique sur ce type de matos n’est jamais anodine, je n'imaginais vraiment pas à ce moment précis dans quoi j'allais m'embarquer. Ames sensibles, abstenez-vous.


[MISE A JOUR SAMEDI 17 MAI]

Chose promise : je vous donne quelques nouvelles de ma relation avec le siège NIKON France. J'ai été reçu en début de semaine (Lundi 11 mai) par la direction du Service Après-Vente à Champigny-Sur-Marne. J'ai eu l'occasion d'y exposer mon point de vue quant aux difficultés rencontrées récemment avec mon matériel et j'ai pu confronter mes constatations avec celles du SAV. Après de nombreux tests communs, nous avons cerné la source de nos divergences et avons pu tomber d'accord sur les conclusions.
Notre rencontre a été plus que bénéfique pour les deux parties. Je suis personnellement satisfait de l'écoute de la marque et repart serein pour l'avenir.

Je clos définitivement ce fil de discussion.
Et merci encore à tous pour m'avoir soutenu lors de cette mésaventure.

Dominik ;)



[MISE A JOUR MERCREDI 30 AVRIL / 23h]

Dans un soucis d'apaisement, et d'un commun accord, j'ai décidé de mettre temporairement en pause cette mésaventure.
Un "début" de dialogue est enfin en train de s'instaurer.
Espérons toutefois que l'issu de ce feuilleton rocambolesque et relativement tendu donne lieu à un happy end et moult embrassades. A moins qu'un événement inattendu me démontre une fois de plus que j'ai été trop conciliant.
Quoiqu'il en soit, je vous tiendrai au courant de l'Ă©volution des choses.
Promis. A suivre...

NB : merci sincèrement à vous tous pour m'avoir soutenu dans cette épreuve, relayé mon témoignage. Toutefois, restez aux aguets... tout n'est pas fini !





Episode 1 : un défaut de banding et de stries aléatoires


Au bout de 2 ans d'utilisation, j'avais remarqué que certaines images de mon NIKON D3s comportaient parfois des stries, au mieux un effet de trame (vous remarquerez mon optimisme en utilisant le terme "au mieux"). Ces effets apparaissants aléatoirement, j'ai cru initialement que cette trame "effet kraft" était normale en certaines conditions d'utilisation. Certains défauts, au bout d'un moment, vous ne les voyez plus : vous vivez avec. Puis l'apparition de stries marquées (sorte de rayures régulières et zonées) m'a fait craindre que mon appareil était sensible à des interférences. En tout cas, cela y ressemblait fort bien. « Impossible » me répondent des spécialistes qui me confirment la présence d’un blindage pour le protéger de probables interférences. On me suggère plutôt une faiblesse d'un composant électronique ou du capteur lui-même.


Présence de stries sur la plupart des images
Camera : Unknown | Focal : Unknown | Speed : Unknown | Aperture : Unknown | ISO : Unknown





Au début, ces inconvénients survenants rarement, j'ai laissé courir. Conscient aussi de la difficulté à pouvoir reproduire ces anomalies et les démontrer à un technicien, j’ai préféré attendre. C'est lorsque le ratio entre clichés exploitables et inexploitables s'est brusquement inversé que je me suis réellement inquiété. Sur une série de 1700 clichés, seuls les 200 premiers étaient relativement corrects. C'est à ce moment là que j'ai été contraint de reconnaître que mon boitier avait... comment dire... un très gros soucis ! Cependant, j'étais loin d'imaginer que la suite allait être bien pire.


Plus récemment, mon extension de garantie matérielle touchant à sa fin et le boitier étant de plus en plus affecté, cela m'incita à prendre le taureau par les cornes : il était temps de faire un passage forcé au SAV NIKON FRANCE. Ma réticence était palpable. Un signe précurseur de ce qui m'attendait... (on appelle cela l'instinct)
Il est peut-être utile de préciser qu'un tel boitier, fleuron de la gamme PRO chez NIKON coûte (coutait) neuf plus de 5700 E (avec extension de garantie + batterie sup. + cartes CF), sans optique. Je précise aussi que je possède d'autres boitiers (plus anciens), un parc optique NIKON assez imposant de plus de 12 cailloux pros, sans compter les flashes, les accessoires macro, etc...



Mon D3s parmi quelques optiques et autres boitiers


Fin Août 2013, profitant d'un creux dans mon planning, et un peu avant le démarrage d'autres plus importants, je décide d'apporter mon boitier en réparation. Motif : présence de banding ainsi que de stries dans l'image, même à 200 ISO. Je détecte aussi une présence anormale de bruit en certaines conditions (toujours en basse sensibilité). Je joins fichiers et dossier détaillé. 3 semaines plus tard, il me revient. Verdict : recalibrage et nettoyage. Je l’utilise durant plusieurs jours et constate - effet placebo s'estompant - avec déception que les stries et banding sont toujours présents. Grrrrr.

Contraint de faire face au grand rush de novembre et malgré la présence de ces soucis, je me résous à l’utiliser. Et je constate avec consternation la dégradation de mes images.

Episode 2 : 2eme visite en SAV


Début décembre, une accalmie survient. Je prend le temps de le renvoyer en SAV - accompagné d’un nouveau dossier photos très nourris + explications - pour le même motif. Au bout de quelques jours, j'apprend que mon boitier est immobilisé dans l’attente de pièces de rechange, et ceci pour une durée indéterminée. Surpris de n'en savoir davantage et remarquant que mon revendeur me prête SON propre matériel durant la période de réparation, je fais part de ma stupéfaction sur Twitter à propos du non respect des engagements Nikon. En effet, au delà de 7 jours d'immobilisation, NIKON s'engage à prêter au professionnel titulaire d’une carte NPS Carbon un matériel équivalent. Je me permet d'ailleurs d'apporter quelques précisions sur cet aspect des engagements NIKON. Il est vrai que, si vous habitez sur Paris, notre très chère capitale, vous profiterez probablement d'un service quasi impeccable : vous déposez votre boitier et dans le meilleur des cas, vous le récupérerez le jour même ou le lendemain en boutique, voire le recevrez en livraison express. Dans le pire des cas, ce n'est qu'après 7 jours d'immobilisation que vous obtiendrez un boitier de prêt. En province, il faut le savoir, c'est une autre affaire : il vous faudra prendre en compte l'envoi et réception du colis par NIKON (Environ 2 à 3 jours, hors WE), puis de nouveau 2 à 3 jours pour l'expédition de votre boitier de prêt par le SAV. En clair, si c'est votre boitier principal, il vous faudra vous passer de travailler durant 15 jours, tout du moins avec ce matériel. Autant dire que l'on ne fait pas partir son boitier principal en réparation sans y réfléchir à deux fois !

Revenons Ă  mon histoire.

Donc comme je le disais, dans la foulée d'une réaction agacée que j'exprime sur Twitter, je reçois quasi illico un email d’un transporteur me prévenant qu'un colis arrivera dans les prochains jours. Sans autre info, je soupçonne que l'expéditeur est NIKON. En effet : je déballe un D4. Un courrier qui l'accompagne m'indique qu'il faudra que je le retourne coûte que coûte avant le 7 janvier. Cela signifie t'il que même si mon boitier ne m'est pas retourné, je dois renvoyer le D4 ? Autre point : le retour du précieux boitier de prêt reste à ma charge et responsabilité. Bon. Soit. Mais qu'arrive t'il s'il se perd ou est abimé durant le retour ?
A noter que, même si NIKON SAV sur Twitter vous boude, ils lisent vos doléances. C'est tout de même bon à savoir.

Fin décembre, mon D3s est de retour. Je le teste et re-teste. Entre temps, je l'utilise pour de véritables shoots croyant que tout est ok ! (aie!)


Ici, on aperçoit mieux les bandes sur les parties foncées
Camera : NIKON D3S (NIKON CORPORATION) | Lens : 24.0-70.0 mm f/2.8 | Focal : 42mm | Speed : 1/200e | f/3.2 | ISO : 800




Encore des tries...
Camera : NIKON D3S (NIKON CORPORATION) | Lens : 70.0-200.0 mm f/2.8 | Focal : 200mm | Speed : 1/125e | f/2.8 | ISO : 640




Toujours des stries. A noter qu'en STUDIO, les mĂŞmes effets apparaissent
Camera : NIKON D3S (NIKON CORPORATION) | Lens : 70.0-200.0 mm f/2.8 | Focal : 70mm | Speed : 1/160e | f/3.5 | ISO : 800



Malgré les réparations énoncées, je met rapidement en évidence la présence des mêmes soucis : ce fameux banding/stries. Par précaution, j'ai pris pour habitude de conserver toujours le boitier douteux un long moment afin de m'assurer que je ne suis pas victime d'une "illusion" (syndrome de la persécution). Hélas pour moi, les choses se confirment. Le mécontentement me gagne car entre temps, j'ai fait la bêtise de me servir en toute confiance de mon boitier et me retrouve avec plusieurs clichés importants inexploitables. Quand cela touche votre travail et que de surcroît vous avez la sensation d'être pris pour un imbécile, votre dose de compréhension et de patience se consume assez vite. A tête reposée, je prend le temps de réfléchir à la situation et reste abasourdi par le degré d'irresponsabilité du SAV NIKON qui ose me renvoyer un boitier "réparé" avec les mêmes soucis. Une fois, cela peut arriver. Quoique pour un service PRO, ce n'est pas anodin. Mais 2 fois de suite, après avoir exprimer votre incompréhension, vous commencez à vous poser quelques questions sur le sérieux dudit service. Allez on va dire que je n’ai pas de chance. Oui c’est ça…
Je décide donc de le faire repartir en SAV, cette fois-ci avec l'appui d'un commercial NIKON qui, passant en boutique prend connaissance de mes déboires et de l'impact de l’accumulation de toutes ces négligences sur mon travail. Que la cause d'un problème soit complexe, j'en conviens. Mais qu'un boitier vous soit retourné sans que des tests sérieux attestent de la fiabilité du matériel réparé, surtout lorsque cela se destine à un professionnel dont le boitier neuf à lui seul a couté deux bras et une jambe et lui sert à vivre, c'est plus que limite !

Episode 3 : 3eme visite en SAV


Mon boitier repart en SAV.
Contre toute attente, une semaine après son envoi, mon boitier me revient aussi vite. En fait, reçu le lundi par NIKON à Paris, il nous est retourné en Chronopost le mercredi sur Villefranche. Wow, très impressionné par la rapidité de l'intervention, je m'interroge toutefois. On me tend la liste des nombreuses pièces changées et des interventions effectuées. Enfin, je devrai dire "on décode". Car il faut reconnaître que si on reproche souvent à notre garagiste un certain obscurantisme lorsqu'il se lance dans la réparation de notre véhicule, NIKON fait plus fort encore en vous assommant de termes techniques et codes d'intervention plutôt exotiques. On semble comprendre que le capteur a été changé. Encore une fois, par excès de confiance (et parce que je crois toujours qu'un service PRO est PRO), j'utilise mon boitier l'après-midi même dans un shooting studio relativement important. Aie. Putain d'erreur.

Le soir venu, je visionne sur mon poste de travail mes clichés et constate que pas mal d'entre eux souffrent d'un soucis de MAP. Je m'interroge un peu mais pas plus que ça, pensant au premier abord que j'ai merdé techniquement en sous estimant la vitesse de PDV, la PDC ou encore en faisant un flou de bouger (sur pied, je pige pas trop mais bon...). Idem au niveau balance des blancs qui me semble bizarre. Les conditions studio ne pardonnent rien. Je me remet en cause. Je ne suis pas infaillible. Et puis bon, la fatigue de la journée ne me permet pas d’apprécier mon travail et prendre le recul nécessaire.

Le surlendemain, j’arrive à lever la tête. Le dérushage d'une autre séance en extérieur avec mannequin ainsi que des photos de paysage révèlent à mes yeux plusieurs lourdes anomalies durant la prise de vue. C'est en confrontant ces différents clichés que je met immédiatement l'index sur l'apparition de deux nouveaux gros problèmes :
- une balance des blancs par défaut (donc AUTO) qui part en sucette : virage de tous mes clichés vers le cyan (et pas qu'un peu, Lucette !)


La balance des blancs (en auto) est ici ré-étallonnée grâce à une mire via LightRoom 5.
Camera : Unknown | Focal : Unknown | Speed : Unknown | Aperture : Unknown | ISO : Unknown



- et pire que tout, un méchant front-focus sur toutes mes optiques, du jamais vu chez moi. Genre, je fais la MAP sur un arbre situé à plus de 150m et ce dernier est flou mais mon premier plan est net ! (un décalage de 10 à 15m au minimum, quand ce n'est pas 30m sur une distance de 150m !)


MAP sur l'arbre. En réalité, elle est effectuée 30m en amont. (122mm - f/5.6). La balance des blancs vire au vert. (cliquez pour agrandir)
Camera : Unknown | Focal : Unknown | Speed : Unknown | Aperture : Unknown | ISO : Unknown




Balance des blancs en sucette et là encore, la MAP sur la maison au loin est erronée...
Camera : NIKON D3S (NIKON CORPORATION) | Focal : 200mm | Speed : 1/1600e | f/3.5 | ISO : 200



En détaillant mes photos studio réalisées 2 jours auparavant, je met encore une fois en évidence la présence de banding. Certes, il est très léger mais il est TOUJOURS présent. Je ne comprend pas. Ou du moins, je n'ose comprendre. :(
(A cause de ces problèmes, la plupart des clichés de ces shooting seront rendus quasiment inexploitables... je précise, car cela n'est pas rien !)
Je pousse ma conscience à réclamer auprès d’autres possesseurs de D3s une image test. Pour moi et d’autres utilisateurs, cela ne fait aucun doute.

Furieux, la décision est prise de renvoyer illico pour la 4e fois mon boitier en SAV. En 8 mois, il ne fait que ça et cela me gave. Il arrive, je l'utilise, je constate les anomalies en « niquant » mes photos, puis il repart. Entre temps, adepte des nouveaux hybrides FUJI (série X) et cela depuis la première heure, j'ai commencé par trouver mes marques via ce que je considérai jusqu'à présent comme un substitut - car originellement destiné à un usage de reportage quotidien et artistique - et qui, peu à peu, commence à remplir les missions que mon D3s remplissait auparavant. Un comble, ou une chance. Il faut dire que par la force des choses, j'ai bien été contraint de trouver une alternative plus fiable et performante. Mais bon, cela ne peut répondre à tous mes besoins.

Je signale toutefois, pour ceux qui ne me connaissent pas, que je suis utilisateur NIKON depuis près de 27 ans. Le côté affectif n'est pas à négliger. Mais bon, toute chose à une fin, surtout quand cela se passe de plus en plus mal.


Episode 4 : 4eme retour SAV


En rapportant le boitier chez mon revendeur (lui même - par compassion - excédé pour moi !), je lui fais part de mes doutes sur les compétences d'un service de réparation destiné aux professionnels. Comment se fait-il qu'à chaque fois on ait osé me renvoyer mon boitier en prétendant qu'il était réparé alors qu'il n'en était rien. Ne font-il pas des tests sérieux avant de le renvoyer à son propriétaire ?
Quant à l'apparition des nouveaux symptômes, je n'en reviens toujours pas : comment d'aussi grossiers problèmes ont pu passer au travers ? N'y a t'il pas une batterie de test de calibrage afin de vérifier si tout est conforme aux spécifications attendues pour ce type de matériel pro ? Ou est le service qualité ? Mesurent-ils l'incidence que provoque chez un professionnel l'usage d'un boitier défaillant sur toute une commande d'un client ? (en ce qui me concerne, je peux jeter mes deux derniers boulots à la poubelle... sauf que je ne peux pas les refaire !) Comment ne pas détecter un boitier qui sort des images vertes et floues ??? NIKON a du pâté dans les yeux ou quoi ? (vous faites bosser des stagiaires ou des mal voyants ?)
Ce que je retiens, et c'est important de le signaler, c'est que je suis passé d'un boitier avec un vilain défaut (visiblement sous-jacent car apparu dès les deux premières années de fonctionnement) à un boitier défectueux, puis tout dernièrement totalement inutilisable. Un SAV qui vous relègue votre matériel à l'état d'épave (donc valeur nulle !), c'est assez énorme ! Merci NIKON.

Je tente malgré tout de rester positif et espère que mon prochain retour sera enfin le bon. Mais cette fois-ci, un autre doute m'assaille : comment retrouver toute confiance envers un boitier dont l'état de fiabilité frise désormais le zéro absolu ? N'oublions pas que nous parlons d'un boitier professionnel de haute précision, l'un des fleurons de la marque, assemblé et calibré en usine, au micron près. Il faut ensuite imaginer que des gars vous l'ouvre, trifouille dedans... On a déjà vu ce que cela donne. Argh ! Alors comment peut-on vous garantir - au vue des péripéties vécues dernièrement - que votre boitier après réparation sera toujours aussi fiable et précis qu'à l'origine ?

Le voile se lève… un autre se baisse


Dans la foulée de ce 4e retour, j’envoi un courrier recommandé avec AR au responsable du Service Technique NIKON SAS. Le jour même de la réception du courrier, je reçois un appel de Mr XX (faisons dans l'anonymat), le big boss du SAV (Directeur SAV). Il tente de m’expliquer que le dossier a été mal géré, qu’il s’en excuse. Je reste courtois mais exprime mon incompréhension et insiste sur les incidences de leurs négligences sur mon activité depuis 8 mois. De son côté, il essaye également de me convaincre du sérieux de ses équipes (43 techniciens) et surtout du rôle essentiel du responsable qualité (un ancien photographe) chez qui tous les boitiers passent entre ses mains avant le retour au client. Il n’aurait donc pas vu les images vertes et le front-focus ? Et leurs appareils de contrôle n’ont rien détecté non plus ? Dans ce long échange téléphonique, plusieurs choses importantes en ressortiront :
- il m’avoue crûment qu’ils ont « merdé » (ce sont ses mots !) et que s’il avait été consulté, il n’aurait « JAMAIS pris la décision de changer un capteur sur un tel boitier ». En d’autres termes, que l’intervention est tellement pointue que le changement d’une pièce aussi maitresse et sensible est discutable. (ainsi que le prix des pièces ? Très probablement...) Ce qui rejoint ma première analyse sur l’intérêt de se lancer dans une telle intervention sur des boitiers de « compétition ». D’ailleurs, selon ses dires « il n’aurait jamais assisté à un changement de capteur sur un tel boitier » !
- enfin, que pour prendre en compte les désagréments, il va me proposer un geste commercial.
Sur ce dernier point, je lui réclame des précisions et surtout insiste sur le fait que ce geste doit être significatif.
Il ne m’en dira pas plus.

Une heure après, mon revendeur m’appelle et m’annonce que NIKON vient de me faire une offre :
- soit NIKON me renvoie mon boitier réparé (heu oui, ben ça, c’est normal… où est le geste commercial ???)
- soit NIKON conserve mon D3s et me propose un D4s pour 3000 E TTC.
Cette dernière offre, non prévue (car je n’avais pas l’intention de renouveler immédiatement mon boitier), me laisse un goût amer dans la bouche. A bien y réfléchir, NIKON ne me fait AUCUN geste commercial. Mon boitier étant côté 2000 E (côte Argus Occasion - voir plus chez certains -> 2400 E), cela revient à me proposer le boitier à 5000 E TTC (au lieu d’un peu moins de 6000 si je passais par un revendeur qui prend sa marge). Mon revendeur n’étant ici qu’un intermédiaire de négociation et non le vendeur (en effet, je précise : c’est bien une offre NIKON !), on se rend vite compte que la base négociée reste celle d’un revendeur, donc sans marge. NIKON ici ne perd rien. Bien au contraire, je lui achète un boitier comme si j'étais un simple revendeur ou presque. Alors où est l’effort consenti par NIKON ?



Je décline donc cette dernière offre*.

(*) EDIT : je voudrai juste rappeler à certains septiques que l'on ne sort pas 3000 E comme par magie d'un chapeau, tout particulièrement lorsque cela fait plusieurs mois que vous subissez les désagréments d'un boitier défaillant (mais réparé, si si, c'est le SAV qui vous le dit !) et donc d'une activité fonctionnant au ralentie, ou que vous subissez la perte de clichés importants. En effet, je gagne ma vie en vendant mes images (rappel important !). Donc quand cela n'est pas prévu, et dans le cadre d'une garantie produit, une telle dépense - n'étant pas de votre responsabilité - fait bizarre. La pilule est encore plus dure à avaler lorsqu'on se dit que les conséquences de ces erreurs d'intervention du SAV restent finalement à votre charge, sans aucune compensation...

Le mardi matin, mon NIKON D3s me revient (donc 12 jours après son départ de chez mon revendeur).
Aux dires des promesses du Directeur SAV NIKON FRANCE SAS, mon D3s est ENFIN réparé, vérifié, ultra-vérifié… bref nickel quoi. Cela dit, je n’en attend pas moins du SAV NIKON, après 4 allers-retours consécutifs.
DĂ©sormais, plus prudent que jamais, je pars le tester.
Les images que je produis parlent d’elles-même.


4e retour. Mon D3s est réparé... enfin non, pas vraiment. Vue de gauche, je vise l'enseigne. Vue de droite,
pour obtenir l'enseigne nette, je fais ma MAP en arrière, sur la gouttière. (Cliquez pour agrandir l'image)
Camera : NIKON D3S (NIKON CORPORATION) | Focal : 200mm | Speed : 1/320e | f/2.8 | ISO : 200





ici la netteté est effectuée sur les volets. Mais ce sont les enseignes et un lampadaire en avant qui profitent de la MAP. (Cliquez pour obtenir un agrandissement de la zone)
Camera : NIKON D3S (NIKON CORPORATION) | Lens : 70.0-200.0 mm f/2.8 | Focal : 200mm | Speed : 1/640e | f/2.8 | ISO : 200




La balance des blancs est redevenue normale mais je constate toujours la présence d’un front-focus.
Je teste et re-teste. Je change d’optique, installe des mires plus précises (inclinaison de 45°, distance x10 par rapport à la focale, différentes ouvertures) et le verdict est sans appel : mon boitier génère un méchant front-focus. J’ai appris avec le temps à douter de moi-même (remise en question) surtout lorsque l’affect prend le dessus. C’est pourquoi je décide de laisser mon boitier en d’autres mains afin que le constat soit le plus neutre possible : mon revendeur confirme à son tour ce problème. Lui-même est totalement sidéré.
Tous deux, nous ne comprenons plus rien.


L'un des nombreux tests effectué ici par mon revendeur. Ici, avec un 50mm à f/2. Comme vous pouvez le voir, la netteté est présente non pas sur "0" mais sur "-2.5 à -3" (au minimum). Toutes mes autres optiques font apparaitre les mêmes défauts...
Camera : NIKON D3S (NIKON CORPORATION) | Lens : 50.0 mm f/1.4 | Focal : 50mm | Speed : 1/200e | f/2 | ISO : 200





Episode 5 : en route pour un 5e retour


Je suis une fois de plus consterné. Cette dernière étape sonne le glas de ma patience. Qui pourrait l’être encore après un 5ème retour et plus de 8 mois de va et vient matériel, de shooting perdus ou photos dégradées, de promesses non tenues, de perte sèche d’argent, de soucis d’organisation en l’absence de mon outil de travail…

Ce qu’il faut comprendre, c’est que nous, professionnels, réclamons un matériel conforme à ses spécifications d’origine. Quand vous associez un couple « objectif + optique » flirtant avec les 8 500 E, on s’attend au top. C’est normal. Si à équipement égal, votre concurrent obtient une meilleure image que vous, autant vous dire que vous perdez le marché. Au pire, vous vous discréditez. L’impact métier est énorme, sans compter l’échec d’un projet si l’ensemble de vos clichés sont fichus à cause d’une netteté approximative ou de stries sur l’image !

Un autre aspect, et non le moindre, m’impose également de ne pas prendre à la légère cette dégradation des performances et de faire preuve de rigueur quant à la réparation de mon boitier : je pensais à court terme le revendre, surtout vu les péripéties de ces derniers mois, et m’en équiper d’un tout nouveau, plus fiable. Désormais, je ne peux pas. Enfin, je ne peux plus. Qui souhaiterait revendre un boitier PRO qui après un passage douteux en SAV collectionne les soucis et ne permet pas d’effectuer une MAP correcte ? Sachant que je me dois d’être le plus transparent possible pour son futur acquéreur, qui l’achèterait s'il venait à prendre connaissance de son historique/passif ? Personne ! Même pas moi.
J’ai donc actuellement un boitier qui ne vaut plus rien ou presque après plusieurs passages au centre SAV NIKON FRANCE.
C’est un peu comme si pour un soucis de direction, votre voiture sous garantie faisait des allers-retours chez votre garagiste qui, ne pouvant plus s’en sortir car incapable de résoudre les problèmes et en ajoutant de nouveaux, finit par vous dire que désormais, il faudra faire avec ou bien, autre solution, il vous propose de vous vendre une autre bagnole moyennant une somme non négligeable. Je présume que vous auriez quelques réticences à accepter, non !? Pire, que cela sent l'escroquerie. Ben j’en suis là.

NIKON France n’étant pas disposé à assumer ses responsabilités devant ce fiasco total, il ne me reste plus qu’une chose : consulter un psychothérapeute afin d’évacuer la rancoeur. Mais bon, n’ayant pas les finances pour, internet reste pour moi un bon exutoire et à moindre frais. Par contre, la confidentialité n’est ici pas obligatoire.


[EDIT] Vendredi 25 avril au matin, excédé (mais aussi parce qu'il devient impératif de donner une date butoir pour que cesse ce feuilleton sans fin), je lance un ultimatum à SAV NIKON FRANCE que ces derniers me demandent de reporter à lundi afin d'attendre le retour de vacances du responsable.
Ce Lundi 28 avril en milieu d'après-midi, le Directeur SAV NIKON FRANCE SAS m'appelle et me demande ce que je propose (?!). Un peu étonné par sa question, je lui répond que JE ne propose rien, que c'est à lui de me faire une proposition ; j'attend mon boitier réparé, mais vu les circonstances et les engagements non tenus, j'attend surtout qu'IL assume ses responsabilités. Sa réponse ne se fait pas attendre : je n'obtiendrai rien, surtout pas de boitier en échange. Rien, nada. Je crois que c'est bien la première fois que j'entend un tel discours, où le responsable se désengage totalement d'erreurs commises en cascade par son propre service. Surtout après un engagement verbal. On touche décidément le fond chez NIKON FRANCE SAV. :(




Un service PRO en plastique...


Pour conclure, oser dire que NIKON SAV n’est pas sérieux ni pro est - en ce qui me concerne, mais aussi auprès de mon entourage - un doux euphémisme. J'essaye de mesurer mes propos. C'est dur.
Certains vont prétendre que je n'ai pas eu de chance. Hum. Probable. M'enfin bon, un peu de bon sens SVP et relisez attentivement le déroulement des événements, surtout les dernières étapes. Sans jeux de mot, y’a pas photo.



Je me pose encore la question du pourquoi de l'apport de cette carte carbon NPS ; elle est soit disante pour certains en Platine, la mienne - par le jeu de la dévalorisation de l'ancienneté du matos - reléguée en Carbone (je n'ose vous donner le montant global de mon matos, vous choperiez une syncope !). Finalement, je me dois d'être plus réaliste : ce n'est qu'un banal bout de plastique. Merci NIKON de me l'avoir fait comprendre.



NB : je tiens à remercier tout particulièrement mon revendeur "Optique Tondeur - Images-photo" à Villefranche-sur-Saône pour son soutien et son aide matérielle sans qui, en l'état actuel des choses, je me serai probablement pendu au fond d'une ruelle sombre, en désespoir de cause…

NB 2 : Pour ceux qui suivent mon compte flickr, vous comprendrez alors pourquoi j'utilise plus largement mes FUJI ainsi que divers boitiers de prĂŞt (Nikon Df, D800, D4, etc...) depuis plusieurs mois...





Vos commentaires :

Houlala !

Le 29/04/2014, 01:05 par JcM
Quelle histoire. Je compatis, grandement ! Je me suis d'ailleurs permis de la partager sur un forum que je fréquente. Pour info : http://www.bistro-photo.fr/forum/le-comptoir-du-bistro/et-si-nous-parlions-du-s-a-v-nikon/new/#new Bon courage.

DĂ©plorable

Le 29/04/2014, 02:54 par Damienlyon
On ne pourra pas mettre cette mésaventure sur le compte du tsunami et de Fukushima. Je compatis vraiment. Mais je constate avec bonheur que le matériel Fuji est très bien utilisé par ailleurs !

Terrible !

Le 29/04/2014, 04:23 par HmJ
Ca me glace le sang qu'un professionnel perd son outil de travail pendant 8 mois a cause d'un manque de professionnalisme du fabriquant. Je ne suis pas photographe professionnel mais ca me laisse dubitatif.

Idem chez les belges !

Le 29/04/2014, 04:50 par Patrickphotos
http://patrickphotos.be/vous-avez-demande-le-sav-nikon/ J ai eu une serie de soucis aussi chez eux et chaque passage en sav apportait de nouveaux symptĂ´mes ! Une honte pour Nikon

Hum…

Le 29/04/2014, 07:58 par Clovis
J'ai un D700 que je comptais renvoyer pour, justement, changer le capteur qui fatigue sur les bords. Ton histoire me refroidis lourdement et je commence à regarder vers les réparateurs indépendants (peut-être plus pointilleux, ils ont une réputation à tenir, eux).

Triste mais ...

Le 29/04/2014, 09:09 par Darth
Je trouve cette histoire terriblement triste, pour ce qui t'es arrivé en premier, car en tant que "collègue" je sais ce que sais de devoir compter sur ton matériel et ce que ça peut faire de ne pas pouvoir. Ce qui est encore plus triste, c'est qu'une marque aussi renommée que Nikon, qui fabrique du matériel exceptionnel, puisse prendre un coup comme ça à cause d'un SAV totalement incapable! Car ici, ce n'est pas Nikon directement les fautifs, mais bien le SAV de Nikon France. Je sais d'expérience qu'un bon SAV peut tout changer et donner une vrai valeur ajouter à une marque, et qu'au contraire, un mauvais SAV peut finalement t'écarter d'une marque qui pourtant dans l'ensemble ne démérite pas. Je suis en Suisse, et heureusement pour moi, le NPS Suisse est exceptionnel, il est au petit soins, prête même du matériel pour ce faire une idée. Bref, loin de ta mésaventure que j'ai partager sur Twitter car le SAV Nikon france mérite un belle paire de baffes sur cette histoire (et d'autre au vu de quelques autres expérience que l'on m'a fait remonter).

Il faut continuer

Le 29/04/2014, 10:14 par Mlamer
Il faut aller devant le tribunal et faire payer les incapables. Constat d'huissier et tribunal ! Aucune raison qu'ils s'en tirent Ă  si bon compte...

Usure

Le 29/04/2014, 11:10 par Logan
Expérience tristement intéressante pour les usagers Nikon ou autres... Juste une question : combien de P de V en 2 ans avec le D3S? C'est pour savoir s'il y aurait un lien avec les pertes de performances du capteur et des parties mécaniques. logan

Bad buzz de rigueur

Le 29/04/2014, 12:23 par Derek
Très bon article et très bien écrit ! Je suis pour ma part chez les rouges mais je trouve ton histoire et ta mésaventure complètement ahurissante et surtout un Directeur SAV Nikon France incompétent au possible ! Personnellement merci de citer le nom de ce Mr "LZ" afin de lever au grand jour des personnes comme lui qui n'ont aucun sens commercial alors qu'ils gèrent des services tel que le SAV PRO ! Je ne saurais que te conseiller de continuer un bad buzz envers le SAV Nikon France PRO et surtout auprès de cette personne qui n'est ni plus ni moins qu'un petit chefaillon. Courage pour la suite ! [EDIT Dominik] Afin de ne pas froisser certaines susceptibilités, j'ai remplacé le nom du Directeur SAV NIKON France SAV par des initiales.

Le 29/04/2014, 13:07 par Denisss000
Ouch. En tant qu'amateur, j'aurais déjà mal encaissé une telle histoire, alors quand c'est la gagne-pain qui est en jeu... Bon courage pour la suite.

...

Le 29/04/2014, 13:43 par Evaneo
Je compatis beaucoup pour vous. Avez vous essayé de contacter la DGCCRF ? (cela pourrait peut être faire bouger les choses)

Je compatis

Le 29/04/2014, 13:46 par CAMEO172
Bonjour Dominik, on ne se connait que par personne interposée quoi qu'un peu également via Apple mais je suis de tout coeur. J'ai à peu près le même parc matériel et je frémis le jour de panne. Uniquement mon 70/200 est parti en SAV pour un autofocus défaillant et il m'est bien venu (bien que soit disant choqué donc hors garantie alors que c'est impossible, je fais attention). Je crois que je vais garder mes boitiers même s'ils foirent un peu, au moins je pourrais m'en servir !

Inacceptable

Le 29/04/2014, 14:00 par Seb
Quelle histoire invraisemblable. Quel que soit le montant du matériel ou le nombre d'années de fidélité à une marque, un tel comportement du SAV est tout bonnement incroyable. A relayer massivement sur les réseaux sociaux et les associations de consommateurs...

Re

Le 29/04/2014, 14:28 par Cooltwan
C'est triste comme histoire . C'est vraiment la misère ce temps perdu à devoir tester les boîtiers alors que c'est le boulot du SAV.

Le 29/04/2014, 15:05 par Dominik Fusina
@Logan > il n'a que 192 000 déclenchements. Pour un boitier de cette trempe sur 4 ans, c'est correct. Côté aspect, il est en état correct : des marques d'usures extérieures classiques. Aucun choc à déclarer. Je pense que la défaillance électronique - si avérée - est la faute à pas de chance. Le suivi des réparations, là, c'est clairement une autre histoire. Ou plutôt celle que je viens de déballer.

@Evaneo > pour l'instant, plusieurs possibilités s'offrent à moi. Mais il est plus que probable que ce sera désormais par voie juridique que les choses vont se régler.

@Darth > en effet, tous les SAV ne se valent pas. Les cas non plus. Cela dit, j'ai un de mes amis photographe pro de renom dans la région qui a été contraint - après des péripéties quasi similaires avec le SAV NIKON sur son D3 - d'abandonner par dépit la marque pour passer à la concurrence. Et dans la même boutique, une autre personne possédant un D800E en est à 3 retours SAV et 1 changement de boitier... son problème (de focus en l'occurrence) n'est toujours pas réglé à ce jour. Il est furieux.
Quand au SAV SUISSE, il semble être - d'après certains témoignages - particulièrement soucieux de ses clients. Cela fait plaisir à entendre. Ce qui signifie aussi que rien n'est impossible... et que le SAV FRANCE pourrait peut-être prendre exemple.

En espérant un dénouement heureux

Le 29/04/2014, 15:14 par Matthieu
Vos retours en SAV se multiplient et ils auront bientôt engagé plus de frais que le prix d'un boîtier neuf. C'est vraiment dommage, surtout lorsqu'on souscrit au top du top de la marque (service/boitier/garantie). S'il est clair que les réparations laissent largement à désirer, je ne sais pas si la pierre est à jeter côté Nikon France en ce qui concerne les gestes commerciaux proposés. C'est p'tet du côté japonais qu'il faudrait alléger les directives envers les filiales. Bref, bon courage.

Le 29/04/2014, 15:15 par Pa
Dans ce genre de cas, il faut utiliser la protection juridique. Aucune entreprise aime être en prise avec les avocats. C'est désolant. bon courage.

Le 29/04/2014, 17:30 par Olivier
vive fuji ... et le sav canon est MEGA PRO

Affligeant

Le 29/04/2014, 18:05 par Christine73
Votre témoignage est incroyable ! Je suis affligée par l'attitude de Nikon SAV et de son directeur. C'est extrêmement grave, surtout vis à vis des professionnels qui investissent dans du matériel onéreux, et qui sont en droit d'attendre un peu d'égard et de professionnalisme de leur part. Il faut communiquer sur votre histoire, il n'y que cela qui puisse les faire bouger. Peut-être devriez-vous vous adressez à un autre service de chez Nikon ? Ou bien même à la maison mère ? Si vous en avez la possibilité, vous devriez aussi mettre un avocat sur le coup... vous avez suffisamment de preuves il me semble... Je suis moi-même professionnelle, détentrice de la fameuse "carte en plastique", et j'étais sur le point d'envoyer mon D300 en réparation à la SAV Nikon (le capteur fait un bruit bizarre à la mise en tension)... et bien je vais réfléchir à 2 fois. En tout cas, je partage votre témoignage sur facebook. Bon courage

Sav Suisse

Le 29/04/2014, 18:40 par Martin M.
Bonjour a toutes et tous Je suis vraiment désolé d'apprendre toute tes mésaventure Dominik !!!!!! et en suis vraiment désolé pour toi...... Je suis sur 1 ou 2 forums concernant la photo numérique et après avoir rencontré certains membres ils ont aussi raconté leur histoire concernant le sav Nikon France....... idem que le tien mais moindre... Perso : Je suis un amateur vraiment exigeant concernant mon matériel....(toujours rangé dans un sac et bien protégé des chocs éventuel..... Petite histoire : J'ai acheté un D700 en juin 2009 en Suisse..(Genève), 2 ans plus tard(5000 click) j'ai eu la chance de partir 17 jours au USA. arrivé a Las Vegas pour 2 nuits mon D700 a laché sur le 8500 Click... et Merde..... comme je retournais en suisse fin juin 2011 la garantie était finie..... re merde.... Bref je tel. a Nikon Suisse a 3h du matin us donc 9hoo Suisse : Réponse nos soucis profiter de vos vacances votre boitier a une garantie supplémentaire de 6 mois.... heureusement j'avais encore mon fidèle d200 en back-up Retour en Suisse et envoi du boitier au Sav Suisse : Nickel retour en 10 jours...(lamelle obturateur cassé) donc remplacer sous garantie.... début Avril 2014 : je me dis tiens vais faire des photos, résultat impossible, ce foutu message "err" apparait.... aie comme il n'est plus sous garantie Je tel au sav Suisse : Nos soucis envoyer le moi(on s'en occupe) je vous tiens info. Bref. 15 jours après , retour a la maison le samedi par colis Express ds le colis le D700 réparé,(systeme du pilotage du diaphragme qui avait laché) tout les grips changé, boite de chocolat, clé usb et surtout la facture qui se monte a ? : Zéro Francs, Bref Génial et de plus garantie supplémentaire de 2 ans sur les réparations..... Je ne dis qu'un mot Bravo au SAV Nikon Suisse..... ps un ami français est passé par le sav suisse, grace a moi, il est super content du résultat... Voi retour du sav Suisse... a+

@Martin M. Ă  propos du SAV Suisse

Le 29/04/2014, 18:58 par Christine73
@Martin M. : Votre témoignage m'intéresse car j'habite en Savoie, donc non loin de la Suisse. Pensez-vous que le SAV Suisse peut prendre en charge du matériel en provenance de France ? J'ai un D300 à réparer. Merci

Le 29/04/2014, 19:43 par Dominik Fusina
merci Christine pour le soutien. Et en effet, il faut rester prudent. D'autant que changer un capteur reste délicat.
@Matthieu : j'avoue que je ne comprend pas non plus. Je ne suis visiblement pas le seul.

Le 29/04/2014, 21:28 par Darth
@Diminik Fusina : Tu n'es clairement pas le seul, j'ai aussi eux de très très mauvais retours du SAV Nikon France, et assez dernièrement une personne après avoir eux de gros problème avec 3 D4 différent est passé chez Nikon. Je ne suis pas un fanboy de la marque Nikon (en réalité je suis mutli-marque, et si j'ai bien un D4, je travaille le plus souvent avec du Canon, les 1Dx pour être précis), mais je trouve vraiment déplorable et triste qu'un SAV aussi incompétent puisse salir l'image d'une marque qui reste elle de qualité. Mon expérience et le témoignage de Marin M. démontre assez clairement que si un SAV est à l'écoute de ses clients, il peut faire du travail en or. L'aventure de Martin ne m'étonne pas, c'est tout à fait dans l'état d'esprit de Nikon Suisse très proche de leurs clients, du grand pro au petit amateur, ils font toujours le maximum.

Le 29/04/2014, 22:22 par Marc
;-( Comme quoi pour le constructeur, nos bijoux ne sont que des... jetables. Lamentable. Fuji + Anneau adaptateur et hop. + Un procès pour dédommagement des benefs manqués. Bon courage, en tout cas j'ai fait suivre sur FB.

Le 29/04/2014, 23:16 par James49
Moi aussi je fais suivre partout car c'est complètement inadmissible ce genre de comportement qui est assez fréquent d'ailleurs!

Le 01/05/2014, 12:46 par Witi
Sale affaire, j'espère cependant que ce "début de dialogue" trouvera une happy end sans quoi mon estime pour la marque risque d'en prendre un sacré coup. Ps : Je n'expliquerai pas comment, mais votre article bien que flouté reste lisible. Si toutefois vous vouliez en "interdire" la lecture, mieux vaudrait le mettre offline

Le 01/05/2014, 12:56 par Dominik Fusina
@witi > j'ai répondu à une demande de mon interlocuteur de "temporiser" la situation. Toutefois, la situation n'est pas encore résolue et est encore loin de l'être. J'ai donc fait à mon tour un pas en rendant difficile la lecture de mon témoignage, en apportant une précision sur l'évolution de cette "histoire", et en modifiant AUSSI quelques parties de mon texte. Mais tant que le différent existe, il est hors de question de gommer mon seul moyen d'expression et d'écoute alors que ma situation professionnelle n'a pas trouvé l'issue attendue. Chaque chose en son temps.

Le 01/05/2014, 13:19 par Xavier
J'avais déposé mon d3 qui subitement ne s'allumait plus. Le sav avait conclu à une panne d'alimentation et avait effectié une réparation sous garantie. Au retour (5 semaines plus tard), le grip se décollait complètement je n'ai même pas accepté le boîtier. Recuperré 3 semaines plus tard avec un grip neuf et bien collé, je pense que tous mes problèmes sont réglés. Je monte une optique ais 2 mois plus tard et me rends compte que l'index est complètement décalé et ne reflète pas l'ouverture réelle de l'objectif. Je le rapporte et on me dit que mon boîtier n'est plus sous garantie et qu'il faudra payer pour cette réparation. Je suis furieux et on me dit que c'est comme ça et que nikon à pas besoin de clients qui ont des problèmes et qu'il me suffit de changer de marque si je veux une autre solution...

Wut ?

Le 08/05/2014, 23:02 par Mattt
Puree quand je lis ton recit et vois tes tests, jme dis que je suis pas fou Jai recup un D200 d'okkaz et mes photos sont tjs floues. Apres divers tests avec l'ancien proprio, qui n'avait jamais noté de probleme, on conclue que c'est peut etre moi qui bouge... Mais apres plusieurs tests avec pied + telecommande, je m'interroge. On teste avec 4 optiques, tjs pareil Je teste avec un vieux D50 les memes optiques, aucun soucis. Bref jai un pb de MAP qui ne se fait pas là où je demande... Vu l'age du boitier et vu ton recit, ca ne me donne pas trop envie de passer par pe SAV Ps : on lit tres tres bie le texte flouté

L'herbe n'est pas plus verte ailleurs...

Le 12/06/2014, 18:17 par Silver_dot
Juste copie d'un petit message que j'avais posté dans le Canon facebook: "Est-il normal de se faire dépouiller de 5600 euros pour l'achat d'un EOS 1Dx "neuf" (présentant un problème de capteur) chez un revendeur du réseau séléctif Canon de Paris pour se retrouver un an après l'achat, seulement propriétaire de l'emballage d'origine et des accessoires inclus? Et acheter un EOS 5D pour s'assurer de disposer d'un boîtier correct pendant le déroulement de cette invraisemblabe mésaventure à laquelle personne ne saurait s'attendre en achetant le flagship de Canon? Et devoir acheter un second boîtier à 6 000€ pour en avoir enfin un exemplaire vraiment neuf, normal, donnant enfin satisfaction? je n'aurais jamais imaginé que l'achat de ce produit, fleuron de Canon pouvait représenter un achat à risque. L'addition globale, à ce jour, se monte à plus de 14 300€, loin du budget initial de 6 000 si cette embrouille n'avait pas eu lieu. C'est vraiment cher payé pour un EOS 1D X. N'y a-t-il pas quelque chose d'inacceptable et scandaleux à ce qui m'arrive? Carte CPS Platinium n°150238000. Sert-elle vraiment à quelque chose?" Ca explique tout en peu de mots. Et je ne suis qu'un client qui a acheté pour une trentaine de milliers d'euros de matériel Pro au moment de prendre ma retraite après avoir travaillé une quarantaine d'années dans plusieurs SAV d'importateurs photo, dont un plus des vingt dernières dans un SAV Canon. Comme quoi, on peut tout aussi bien être maltraité quelle que soit la marque des materiels acheté&s.

Moi aussi...

Le 27/08/2014, 02:31 par Ilan
J'arrive ici car je viens de voir une de mes images avec ce problème de bandes (une seule trouvée, déclenchement n. 30835, un peu sous ex j'ai du pousser un peu le RAW), sur un D3s qui jusqu'ici était (ou semblait) très bien. J'hésite beaucoup à le renvoyer en SAV, en tout cas tant que c'est pas pire, si Nikon n'ont pas trouvé comment réparer cette panne ;( Jadis avec un Leica M6 j'avais un problème d'irrégularité d'exposition à gauche (on retrouve ce problème par exemple sur les photos au Leica de Didier Lefèvre dans son livre Le Photographe). 2 ou 3 A/R au SAV France, puis 2-3 au SAV Leica Allemagne et chaque fois le boitier revenait avec le problème. Ils ont fini par l'offre commerciale, j'ai payé et récupéré un MP (modèle suivant le M6) à la place, qui avait aussi le même problème (!) mais en un A/R au SAV le problème fut réglé. Intéressé en tout cas de savoir si Nikon savent réparer cette panne, pour savoir si j'attends que ça se dégrade un peu plus ou si je peux faire réparer. Merci.

Exprimez-vous...
Nom ou pseudo (obl.)
Email (obl.)
Web
Titre
Message (req.)
Captcha
Recopiez ce code...
>>>
dominikfoto - View my recent photos on Flickriver

©2009, Fusina Dominik - All contents are copyrighted