news|

LIGHTROOM : entre abonnement et confusions
'On Air' le 06 Oct 2015 à 10:10:00| 93125 lectures



Follow-me on Twitter or Facebook :
S'abonner ? dominikFoto sur Twitter
Il faut parfois un événement particulier pour qu'un voile se lève et ne vous fasse réaliser l'insoupçonnable. Utilisateur de Lightroom depuis de très nombreuses années, je n'imaginais pas que mon choix de préférer la version payante (par conviction) au lieu de l'abonnement me priverait de quelques améliorations au détriment d'autres.

C'est en recherchant des informations sur la dernières mise à jour LightRoom 6.2 que j'ai découvert à ma grande surprise que certaines fonctionnalités de développement étaient purement absentes de ma version, tout simplement parce que j'avais choisi de ne pas payer un abonnement mensuel (ou annuel de type CC) mais de rester propriétaire d'une version en l'achetant une fois pour toute.
Je pensais que les seules "différences" se situeraient au niveau des services mobiles ou Cloud, qui par ailleurs ne m'intéressent pas ou peu. En fait, non.

Il faut lire ce récapitulatif du détail des mises à jour pour mieux comprendre :
https://helpx.adobe.com/fr/lightroom/help/whats-new.html

Si vous regardez attentivement ces captures d'écran ainsi que les énoncés des nouveautés, le propriétaire d'une version sans abonnement aura la fâcheuse surprise de découvrir que la majorité des nouveautés de traitement ne le concernent pas. Et pour cause : elles n'ont pas été intégrées/portées dans la version sans abonnement et ce depuis la première révision. C'est comme si on privait le propriétaire d'un logiciel de toutes MAJ ou améliorations futures sous le prétexte qu'il ne partage pas les stratégies commerciales (et abusives/forcées) de ADOBE.



Le saviez-vous ?

En première ligne :
- désembuage/correction du voile
- gestion "noir/blanc"
- amélioration et adaptation de ces fonctions dans les réglages partiels (depuis la révision 2).

Comme indiqué, elles ne sont disponibles que pour les abonnés de l'offre CC.



Ce sont de petites fonctions mais qui, avouons-le, peuvent nous apporter beaucoup, nous photographes, lors de certains post-traitements délicats.

Toutefois, et c'est là toute l'ambiguité des mises à jour de Lightroom, le dernier update (6.02) propose - même aux non-abonnés de l'offre CC - un nouvel outil d'importation fortement repensé (et relooké). Impossible de passer à côté.




Toutefois, je tiens à noter que certains bugs comme la gestion du rafrichissement des images de prévus après une MAJ du fichier d'origine, de bugs de zoom, ou d'application de post-traitement en temps réels sur la vignette (loupe) ou encore des soucis de gestion du GPU (pour ne citer que ceux là) restent en suspend... comme quoi certaines priorités plus fonctionnelles sont aussi laissées de côté.

Si on essaye de comprendre ce choix, on peut alors en déduire qu'ADOBE tente de justifier le prix de son offre CC en gratifiant ses abonnées de fonctionnalités nouvelles, éliminant ainsi le fameux passage brutal de la prochaine nouvelle version. Certes. Mais restons lucides : aucune de ces améliorations ne justifient que les clients de l'offre traditionnelle en soient privées, tout du moins après les suivantes mise à jour (du genre, on donne la priorité aux abonnés puis ensuite un déploiement aux non abonnés). Sinon pourquoi nous gratifier - par exemple - d'une nouvelle interface d'importation au lieu de régler en premier lieu les quelques soucis qui subsistent encore...


Plus le temps passe, plus ADOBE semble démontrer sa volonté de créer un fossé entre ses offres, provoquant des distinctions probantes dans ses MAJ afin d'y arriver.

Je vous avoue que cette découverte (une de plus) concernant les différences de considération de ses clients pour un même produit m'a fortement déçu.
Si son but est de convaincre les clients récalcitrants à l'offre CC de vouloir s'y abonner, je vous avoue que cela à pour moi l'effet inverse, ayant le sentiment d'avoir été dupé.


NDLR : certains s'étonnent de mon choix de ne vouloir adhérer aux offres d'abonnement CC d'ADOBE. Les raisons sont pourtant assez simples. Elles s'expliquent en premier lieu sur un principe qui veut que tant qu'on est en bonne santé financière, on peut bosser. En effet, plus que jamais, l'instabilité de nos jobs nous poussent parfois à franchir les limites de l'économiquement viable. En cas de difficulté de paiement, vous perdrez votre outil de travail. Alors que justement, c'est à ce moment là que vous en aurez le plus besoin. Vivre à crédit, cela fonctionne bien quand tout va bien... Pensez-y.
Deuxièmement, ce principe d'abonnement est un confort non négligeable pour ADOBE qui, du coup, ne se sent pas contraint de pousser ses produits vers le "PLUS" puisqu'il est assuré de toucher un "loyer", même si les nouveautés (livrées au compte goutte) se font rares. Ma logique est contraire à ce principe : si un produit doit être poussé vers l'excellence, il se doit d'être mis en danger, d'être bousculé par la concurrence acharnée et donc, de devoir démontrer qu'une évolution majeure justifiera à ses clients un nouvel investissement. Or, si nous prenons le cas d'Adobe Photoshop (ou même de LightRoom), reconnaissons que cela fait belle lurette que notre outil graphique préféré n'a pas brillé par une nouveauté qui puisse justifier un réel engouement; Pour ma part, je travaille toujours avec une ancienne version de Photoshop. L'optimisation sur de nouveaux processeurs pourraient à la rigueur me convaincre de ré-investir. Mais hélas, ma longue expérience m'a démontré "qu'évolution" ne rime pas forcément avec "amélioration" (et là, je parle bien de productivité).


NDLR 2 : J'ai souhaité reprendre une de mes réponses que l'on retrouve plus bas en commentaire, et qui permet d'apporter un éclaircissement sur le mode de calcul d'un abonnement CC au lieu d'un achat de licence. Elle contre ceux qui affirment que l'offre par abonnement permet de se payer à moindre coût un ou une suite logicielle onéreuse. En être-vous vraiment sûr ?
Pour ma part, sachez que je travaille encore sous CS4. Oui, en 2015 ! Ayant investi pour une MAJ de ma Suite Complète en 2009, mon investissement d'origine est moindre que si j'avais du compter payer chaque mois près de 60E sur 6 ans, soit l'équivalent de 4320 E si je devais passer par les offres Creative Cloud actuelles alors qu'elles m'avaient couté 910 E pour la Design ou bien un peu moins de 1100 E pour la totale !!!!).
D'autant que je ne ressens pas forcément le besoin d'avoir de la plupart des nouveautés car, soyons honnête en reconnaissant qu'elles sont souvent minimes et rarement nécessaires puisqu'on a tendance à utiliser qu'un faible pourcentage des potentialités du logiciel, voire souvent les mêmes outils. Ce qui m'importe, c'est d'avoir un logiciel stable et performant. Autant dire que je suis plus soucieux des mises à jour correctives qu'évolutives. Et pour ce qui est des MAJ correctives, mon expérience (précision : je suis Adobe User depuis la version 1.0 de Photoshop !) a prouvé qu'ADOBE n'y est plus vraiment attaché, voire avare, poussant souvent de force le consommateur à basculer sur une nouvelle suite en espérant qu'il y trouvera enfin le nirvana.
Il est fort dommage que le raisonnement des "abonnés" se résume à l'accessibilité immédiate et à court terme des logiciels (donc de ses outils de travail) et à un prix qui semble attractif, au lieu de réfléchir à l'aspect économique réel ainsi que les risques d'une telle solution sur le moyen et long terme. Il faut avoir vécu l'ancienne méthode pour comprendre que ce magnifique modèle économique est un mirage (vache à lait !).





Vos commentaires :

Le 06/10/2015, 12:15 par Nikolas
D'ou mon choix de travailler avec Capture One qui n'a pas ce genre de forcing d'abonnement et qui en plus à un rendu plus cohérent (teinte, couleur etc..) que LR. Je dois admettre que j'ai du mal à comprendre la politique d'Adobe a forcé à basculer sur des offres d'abonnement (comme piéger l'utilisateur, c'est ce que je ressens)

Le 06/10/2015, 12:19 par Dominik Fusina
On est bien d'accord sur le ressenti final.
Sachant que la concurrence se réveille avec des produits de plus en plus performants (Affinity, C1, etc...) et relativement bien intégrés, j'avoue que je ne comprend pas trop la politique de sabordage d'Adobe.

Le 06/10/2015, 13:27 par Ouiouiphoto
Le concept de l'abonnement permet à une société qui a un produit mûr de le faire évoluer lentement tout en ayant un chiffre d'affaire qui continue à tomber. Dans le monde pro même si ce n'est pas un abonnement le payement de 15 à 20% du prix d'achat en maintenance est un principe équivalent. Donc Adobe favorise très clairement l'abonnement car en plus d'assurer un certaine % du Chiffre d'affaire ça leur permet d'équilibrer le ratio entre le service et l'édition de logiciel. Une fois que l'on est bien conscient de cet état de fait il faut faire un choix. Soit passer vers l'abonnement et accepter la politique commerciale d'Adobe soit aller voir la concurrence. Pour info chez C1 l'abonnement a aussi fait son apparition.

Le 06/10/2015, 13:34 par Dominik Fusina
@ ouiouiphoto > c'est une explication purement marketing/commerciale que j'entend bien. Mais l'abonnement - comme d'ailleurs le principe du Cloud - est bien plus pervers qu'il n'y parait : créant une certaine dépendance par l'obligation de devoir payer un loyer pour pouvoir utiliser un outil logiciel ou un service (qui malheureusement ne permet pas de revenir en arrière !!!), ce principe de non-possession est plus dangereux qu'il n'y parait puisqu'elle bascule l'intégralité des risques et responsabilités du côté client. Personnellement, je n'y adhère pas. Comme je le disais, tant que tout va bien financièrement... mais lorsque l'un des robinets se coupe, l'adhérent n'a plus qu'à creuser sa tombe.
Et cela peut arriver bien plus rapidement qu'on ne le croît.

DayWalker

Le 07/10/2015, 09:32 par DayWalker
Et n'oublions pas que pour bon nombre d'outils, ces abonnements reviennent au final souvent bien plus cher dans le temps. Une licence payée en une seule fois, tant qu'on ne ressent pas le besoin de la changer, on peut en bénéficier des années... ... et ce n'est que si l'éditeur a réellement amélioré l'outils que l'utilisateur fera l'effort de changer de version.

Le 07/10/2015, 09:53 par Dominik Fusina
@DayWalker > tout à fait. Pour ma part, je travaille encore sous CS4. Ayant investi pour une MAJ de ma Suite Complète en 2009, mon investissement d'origine est moindre que si je devais compter payer chaque mois près de 60E sur 6 ans, soit l'équivalent de 4320 E si je devais passer par les offres Creative Cloud actuelles alors qu'elles m'avaient couté 910 E pour la Design ou bien un peu moins de 1100 E pour la totale !!!!)
D'autant que je ne ressens pas forcément le besoin d'avoir de la plupart des nouveautés (soyons honnête en reconnaissant qu'elles sont souvent minimes et rarement nécessaires puisqu'on a tendance à utiliser qu'un faible pourcentage des potentialités du logiciel, voire souvent les mêmes outils). Ce qui m'importe, c'est d'avoir un logiciel stable et performant. Autant dire que je suis plus soucieux des mises à jour correctives qu'évolutives. Et pour ce qui est des MAJ correctives, mon expérience (je suis Adobe User depuis la version 1.0 de Photoshop !) a prouvé qu'ADOBE n'y est vraiment pas attaché, voire avare, poussant souvent de force le consommateur à basculer sur une nouvelle suite en espérant y trouver enfin le nirvana.
Il est fort dommage que le raisonnement des "abonnés" se résume à l'accessibilité immédiate et à court terme des logiciels (donc de ses outils de travail) et à un prix qui semble attractif, au lieu de réfléchir à l'aspect économique réel ainsi que les risques d'une telle solution sur le moyen et long terme.

Le 08/10/2015, 19:00 par Chris
Bon, maintenant cette fameuse fonction pour "nettoyer" le voile, c'est juste un settings, avec un petit travail sur le contraste (entre autre)... et ça, tout le monde peut le faire. KOLOR (éditeur de autopano Pro) a vendu des pluggins de ce type, cher, et c'est juste une honte parce que c'est juste du travail pré-mâché. Donc, pas de panique, LR 6 est parfait... pour le moment. Mais faut pas se leurrer, c'est der des der en version "boite".

TVA

Le 09/12/2015, 07:31 par HmJ
Petit feedback : abonne depuis mars, au Japon, l'abonnement n'avait jamais mentionne de cout TTC (ici 8%) et tous les mois je payais 833 jpy avant de passer a 899 jpy au bout de 6 mois, sans aucune communication. Donc maintenant ils rajoutent la TVA, mais sans effet retroactif ni aucune explication : j'ai trouve ca minable. Encore une raison qui me fait detester ce systeme d'abonnement. Je leur ai ecrit pour terminer le contrat mais ils m'ont offert un mois gratuit, ce qui revient au meme niveau prix. Je ne manquerai pas de couper les vivres en mars 2016.

Exprimez-vous...
Nom ou pseudo (obl.)
Email (obl.)
Web
Titre
Message (req.)
Captcha
Recopiez ce code...
>>>
dominikfoto - View my recent photos on Flickriver

©2009, Fusina Dominik - All contents are copyrighted