news|

4 ans de FUJI, 4 ans de passion et de plaisir
'On Air' le 08 Jun 2015 à 13:06:00| 60124 lectures



Follow-me on Twitter or Facebook :
S'abonner ? dominikFoto sur Twitter
Le 1er juin 2011, surexcité et fébrile, j'avais en main ce fameux compact, celui dont j'avais tant rêvé depuis de nombreuses années : le FINEPIX x100. Cela fera 4 ans il y a une semaine. Beaucoup de choses se sont passées depuis. L'heure d'un premier bilan s'impose, avec ses joies, mais aussi ma fierté d'avoir accompagné la série X.

Le 1er JUIN 2011 : le jour où tout a basculé...


Il avait déjà tout pour séduire : un look ravageur méchamment rétro, une ergonomie qui bouscule les habitudes par le retour de molettes ou encore d'une bague de diaph mécanique sur l'optique très lumineuse, d'un viseur optique hybride (télé-métrique !), et des qualités visuelles sans égal pour un APS-C (absence de filtre passe-bas).

Fuji X100 - My new love

Pour obtenir ce saint-Graal de la photo numérique, j'avais failli vendre mon âme : contre toute attente, mon revendeur local "Optique-Tondeur" sous l'enseigne "Images-photo" avait réussi à s'en procurer un (non, non, je ne vous dévoilerai pas comment ?! ), alors que la première production de x100 décimée par la tragédie du Tsunami dévastant l'archipel du Japon avait contraint FUJI à ne livrer quelques rares exemplaires au compte goutte.

Retro-reflexion - Autoportrait

Cette année là, je devais partir en vacances pour un tour d'Italie de 2 semaines et, comme à mon habitude, je n'envisageais pas de partir sans mes "gros reflex". Exceptionnellement, mon second boitier, un D300 NIKON, fut remplacé à la dernière minute par le petit FUJI Finepix x100. Durant 2 semaines, j'ai alterné entre D3s et x100, prouvant et me prouvant à moi-même que ce petit boitier argenté pouvait rivaliser avec le haut du panier de la gamme pro NIKON de l'époque. Chaque jour était un plaisir renouvelé.

Quelques vues de Naples

Napolitan Pumpkin | Naples (Italia)

Come home | Naples (Italia)

De retour chez moi, malgré des images sublimes, je m'étais fait railler par bon nombre de mes collègues photographes qui me disaient que ma comparaison et mes éloges étaient exagérées. Il est vrai que j'osais comparer mon petit x100 à mon D3s. Quel culot !
Moi, j'étais fier comme un paon et déjà sûr de mon acquisition et convaincu de la voie engagée par les concepteurs de FUJI. Un vent frais venait de souffler. J'en avais rêvé, FUJI l'avait (enfin) fait !

ROME : Image provenant du FUJI x100 :

Papal Basilica of Saint Peter | Vatican

Image provenant du NIKON D3s :

St. Peter's Basilica | Vatican



La révélation du x-PRO1


L'année suivante (2012), je fus encore une fois l'un des tout premiers à m'équiper du FUJI x-PRO1 avec son nouveau capteur révolutionnaire : le x-TRANS. Drôle de nom pour ce capteur d'un... nouveau (trans)genre !
Mon excitation était à son paroxysme. Avec le recul, c'est encore dur à décrire.
Mes sensations, je les ai exprimées les jours qui ont suivi par l'image et un article sur mon blog.

Retro love | FUJIFILM X-pro 1

Waiting... | Mejika Setsunai (Fuji X-PRO1)

Souhaitant investir dans un tout nouveau matériel pour partager mon quotidien alors que j'allais m'engager pour un périple de 2 mois et demi à travers ma région, le TOUR DU BEAUJOLAIS EN 80 JOURS, la mallette dotée des trois premières optiques fixes s'imposa comme une évidence. Pourtant à cette époque, Olympus avec son récent OM-D m'avait fait des propositions alléchantes, prête à me soutenir matériellement. Mais mon choix était fait et rien ne me fit changer d'avis. Même pas l'absence de soutien de la marque japonaise (sic). Qu'importe. Quand on aime...


Reportage video par Le Progres :


Le Tour du Beaujolais en 80 jours… et en... par leprogres

Reportage video par France3 : (introuvable hélas)

L'arrivé du Tour du Beaujolais :




Dès les premiers jours de ce reportage régional, je fus convaincu que ma stratégie d'avoir choisir ces deux boitiers FUJI avait été plus que judicieuse en percevant dans cette gamme une nouvelle approche de la photo, matériellement moins intrusive mais tout aussi efficace sur le terrain, voire plus lorsqu'on est confronté à l'exercice périlleux et passionnant de la photo de rue. Le bilan de ce projet artistique dès mon retour sera une fois de plus sans appel (après 80 jours, 1400 Km, 150 villages traversés et plus de 25 000 clichés !), révélant non seulement la qualité d'image mais aussi les atouts sur le terrain de ces nouveaux boitiers au détriment de mes deux autres reflex NIKON. Discrets, maniables et efficaces, des compagnons idéaux et pratiques en toute occasion.
J'avais réellement trouvé des boitiers jouant la carte de la complémentarité par rapport à ceux que je possédais déjà.

Autour d'un verre... | Monsols [FUJI XPRO-1]

Patrick | Chenas [FUJI X-PRO1]

Rock'n roll attitude in Beaujolais | Fuji x100s

Meme | FUJI x100s


Une des premières grandes surprises a été ma réconciliation avec les fichiers bruts produits par le boitier, et tout particulièrement le JPEG. Autant auparavant je m'efforçais de toujours travailler en exploitant le RAW, autant là, je pouvais me contenter du JPEG d'une qualité irréprochable. Il faut dire qu'au tout départ et durant plusieurs mois, aucun logiciel comme LightRoom, ni même APPLE, ne pouvait proposer un moteur de dérawtisation capable de lire les ".RAF" des capteurs x-TRANS, à cause de cette matrice (trop) révolutionnaire. Il a donc fallu se contenter au départ des JPEG. Finalement, avec le recul, ce fut une bonne chose.

Séance "Fashion" avec Mejika :

Mejika Triptyque | FUJI x-PRO1

Paysage matinal en Beaujolais :

Where are fairies ? | Beaujolais (France) [FUJI X-PRO 1]

Raymond Depardon, natif aussi de Villefranche

Raymond Depardon | Photographer [FUJI X-PRO1]

Cette photo de Raymond Depardon prise au x-PRO1 me permet au passage d'évoquer une jolie anecdote. Alors que je parcourrai ma région ("Tour du Beaujolais"), je m'arrête aux abords d'une place devant un vieux café-restaurant qui me titille les pupilles. Alors que je m'apprête à prendre un cliché, la tenancière se met sur le palier, amusée, puis, engageant la conversation, me déclare que j'étais la deuxième personne à venir prendre un cliché de son établissement, et comble de tout, au même endroit. Intrigué, elle me sort des tirages et découvre... la signature de "Raymond Depardon" qui, lors de son "Tour de France", s'était arrêté au même emplacement pour faire un cliché à l'identique... avec 2 ans d'avance :) Lui avec une ancienne chambre, moi avec un FUJI. Tout un symbole.


Le FUJI x100s : mon petit préféré


En 2013, je décide de renouveler mon Finepix x100 par un FUJI x100s afin de pouvoir travailler avec le même rendu grâce à l'intégration d'un capteur identique à celui du x-PRO1. Question d'homogénéité de post-traitement. C'est à cette même période que je confirme, par l'exemple, la possibilité de produire de véritables projets commerciaux, en réalisant plusieurs séances pros entièrement avec ce matériel. J'irai même jusqu'à publier les fichiers JPEG et un explicatif détaillé de ma séance afin de prouver que le travail de post-prod ne s'était limité qu'à la colorimétrie et à quelques retouches mineures.
Là encore, dès la prise en main du x100s, mon enthousiasme est son comble.
Puis tout s'accélère.

American Girl Burger | FUJI x100s

Prenant de plus en plus confiance et m'apercevant que le travail d'évangélisme auprès de mes confrères curieux mais attentifs à ces nouvelles alternatives qui apportent - somme toutes - pas mal d'avantages, j'ose délaisser sur certains travaux mon NIKON D3s (puis D4s) pour privilégier de plus en plus mes petits hybrides. Ce n'est pas toujours évident, comme je le constaterais, mais j'use de quelques artifices pour leurrer mes clients ou modèles : je viens avec mon gros matériel et, tout en l'ayant autour du coup, je passe discrètement aux hybrides. C'est le cas pour certains mariages ou séances de mode. Parfois, sa justification ne fait aucun doute, tout particulièrement lorsque je dois réaliser une séance photo dans la discrétion la plus absolue, lors d'un concert classique, dans une église, un studio d'enregistrement, où le simple grincement de chaise et bruit de pas vous exposent à tous les regards, à toutes les critiques. Le déclenchement quasi sourd ou discret de mes FUJI devient un atout, une marque de respect et de professionnalisme. Surtout lorsque cela ne se fait pas au détriment du résultat photographique, quant à lui, toujours impeccable, même à forte sensibilité. Le grain (et non bruit, SVP!) des x-TRANS ? Parlons-en : un régal !

Rosemary Standley, en concert quasi "A cappella"

Rosemary Standley & Dom La Nena | FUJI x-PRO1

Séance Photo Mode avec le modèle Mejika au x-PRO1

Urban Chic(a) Go!  | FUJI x-PRO1

Beaucoup me demande quel intérêt d'avoir un boitier à optique fixe comme le x100s alors qu'un téléobjectif s'avérerait plus pratique : à cela, je répond que son 23mm-f/2 se révèle parfait en toutes occasions, pour la photo de rue comme le portrait. Cela vous impose de bouger, d'aller parfois au contact. Et puis pas de soucis de poussières qui se déposent sur le capteur lors d'un changement optique dans un environnement sale. Enfin, en théorie. Car une poussière (une intruse d'origine) m'enquiquine depuis des lustres ! Il faudra bien qu'un jour j'ose envoyer mon x100s en SAV... enfin, moi et les SAV, une longue histoire d'amour. ^_^
Un truc que j'adore aussi, c'est son filtre ND intégré qui vous permet de shooter en pleine ouverture lors d'une forte luminosité. Hélas, l'activation sur l'ancien x100 était bien plus pratique : programmable sur un des boutons et non sur uniquement sur "Fn" (que je garde pour les ISO), c'était pour moi un plus que je regrette désormais.

Instinctivement, depuis le x100, le goût de la street photographie m'est revenu. Ma manie à régler mes boitiers par défaut en N&B et le look retro ont contribué à me transporter dans une dimension parallèle, radicalement opposée à celle du monde de la production que je côtoie. Une révolution qui m'a apporté un vrai plus, la sensation de revenir 20 ans en arrière, comme une immersion dans le passé, à l'époque où je me baladais avec mon NIKON FM chargé de Tri-X ou Ilford FP4 ou HP5... l'instantanéité en plus ! :)
Mes sens restent en éveil. Tel un chien de chasse à l'affut, je renifle, observe, marque des arrêts, guette, coure, saute, me cache ou au contraire, me plante là, bien en vue, sans craindre de voir ma proie s'enfuir à toutes jambes ou venir m'agresser. On me prend pour un marginal, un simple photographe du dimanche ou pour d'autres, un "gentil" passionné. Mon x100(s) et moi sommes inséparables.
Des sensations retrouvées et que j'avais perdu, le NIKON D4s en main, avec ses 12Kg de matos sur le dos.
Et oui ! Car n'oublions pas notre corps, meurtri par le poids colossal des optiques et flashes que l'on doit transporter à longueur de journée. Mais j'y reviendrai...

A la même période, un x20 rejoint la famille : un cadeau pour ma fille cadette, passionnée de photos et de belles choses à tenir en main et en prévision d'un séjour à Londres ; Là aussi, fière de son acquisition et des images qu'elle produit, une belle histoire d'amour commence à germer. Quand je dis que "la série X, l'essayer, c'est l'adopter"...



Le FUJI x-T1 : la confirmation !


Début 2014, je m'équipe du x-T1 et du 56mm-f/1.2. Dans les deux cas, des mega bombes. C'est à ce moment là que la bascule de mes confrères s'opèrent à vitesse grand "V". J'observe cela avec un certain intérêt et amusement, moi qui ait prôné cette philosophie depuis déjà près de 2 à 3 ans mais régulièrement décriée.
Enfin, ils ont compris ! Ils ont compris que la qualité comme le professionnalisme ne se mesurent pas à la taille d'un boitier, mais à ce que l'on produit, au résultat de son travail, et au plaisir que l'on prend et que l'on partage. YES !

Comparaison de mes 2 boitiers principaux, à optique égale :

The big one and the small one, but same focal :)

Séance "fashion" avec la sublime Mathilde au x-T1 :

Mathilde | FUJI x-T1

Ne sachant me déplacer sans au moins un ou deux appareils sur moi, j'avoue que j'ai gagné en confort quotidien : dans un simple sac, je range 2 à 3 appareils et de 3 à 4 optiques. Le poids plume, au regard d'un sac contenant 2 reflex et 6 à 8 optiques et un flash est sans comparaison. Mon dos depuis 3 ans me remercie. Mieux encore, je suis encore plus réactif lors de mes sorties, toujours prêt à dégainer, et en toute discrétion. Combien de gens se sont étonnés en apprenant que j'avais en main un "numérique" et non un "argentique" ! Et quel "numérique" ! Du haut de gamme, mes ami(e)s !

Depuis, je reste aux aguets. Mes prochaines acquisitions se feront au niveau optique. Le parc est désormais ultra-complet et - j'y reviendrai plus bas - ultra performant. La gamme f/2.8, le16mm-f/1.4 ou le 23mm-f/1.4 me font de l'oeil.
Quant aux optiques que je possède et que j'affectionne ? le 35mm-f/1.4 est redoutable, tout autant que le 56mm-f/1.2, pour le portrait. Pour le reportage, le 23mm du x100s me convient parfaitement. Le 18mm est celui que j'utilise le moins, car toujours "trop peu". Un 16mm bien lumineux (le f/1.4) me serait plus utile (vous voyez où je veux en venir ?). Quant à mon 60mm, il est au repos depuis que j'ai mon 56mm. Quelqu'un en veut ? :)

Séance Photo Mode avec le modèle Mathilde sous x-T1

Mathilde Portrait | FUJI x-T1

Certes, ces 4 années de passion dévorante envers FUJI ont été égrenées de quelques (rares) déceptions, comme toute belle histoire d'amour.

Plus récemment, l'adoption du FUJI x-T1 reste pour moi une expérience plus nuancée et moins dithyrambique que pour tous ceux qui ont découvert pour la première fois cette gamme X sous la forme d'un mini-reflex : souffrant d'un manque de maniabilité à cause de choix ergonomiques contestables (les boutons du collimateurs étant pour moi trop difficiles à (res)sentir, la molette gauche de changement de mode pas assez crantée et qui a tendance à se mettre toute seule sur rafale ou Bracketing , ou la perte du raccourci "silence/flash Off" et que l'on doit chercher dans les menus, le logement du slot SD qui a tendance à s'ouvrir tout seul, le gainage qui gonfle à certain endroit, la perte du déclencheur par câble sur le bouton pressoir, etc...), j'ai préféré rester sur le ressenti plus positif de mes deux préférés. Certains se sont amusés à coller des caoutchoucs sur le pad, mais je me refuse à bidouiller le boitier, mon expérience m'ayant prouvé qu'une détérioration du revêtement est vite arrivée ou qu'un SAV trop exigeant est capable de remettre en cause la réparation d'un dysfonctionnement sous le prétexte d'avoir repérer ce genre de bricolage.
Autre point noir : l'absence d'étui beau et efficace, contrairement a ses frèros de la gamme X ; je ne vous cache pas que je n'apprécie pas trop cette trop forte exposition d'un boitier tellement léger qu'on peut l'oublier et facilement choquer ou rayer. Pourtant, je dois le reconnaître, il a du répondant ce x-T1, surtout au niveau réactivité, wifi ou son viseur électronique. Et sa version Silver est d'autant plus désirable qu'elle semble corrige l'erreur ergonomique du fameux PAD (NDLR : une confirmation ?).

Reflet au Palais Alcazar - Seville (Spain) / x-T1 + 10mm SIGMA

Alcazar reflexion | FUJI x-T1


Couverture de magazine avec Coraline, Miss Beaujolais, à la Villa Vermorel - x-T1 + 56mm FUJINON

Retro  | FUJI x-T1


Plus récemment, j'ai séché le x100T, non pas par désintérêt, mais parce que l'évolution entre un x100s que je maîtrise à la perfection et un x100T était relativement minime. De plus, une certitude : celle que j'allais perdre en maniabilité, l'ergonomie étant encore une fois différente.

Marine Lorphelin jouant avec mon x100s
Sourieeez ! ("cheeeze" by the most beautiful woman in the world) | Marine Lorphelin

C'est l'occasion pour moi d'aborder mon plus gros reproche à FUJI. Pour le comprendre, il faut posséder plusieurs boitiers de la série X. Je sais, un luxe, une passion, diront certains ; une nécessité pour ceux qui en font leur job. FUJI a la fâcheuse manie de remettre en question à chaque fois l'ergonomie de ses boitiers : l'emplacement ou forme des boutons, molettes, crans, est à chaque fois revue. Les menus aussi. Il y a du bon mais souvent du moins bon. Et avant tout, cela reste relativement perturbant et anti-productif à l'usage. Le passage au x-T1 a été pour moi l'un des plus contestables. Le x100t en main, j'ai remarqué - à mon grand désarroi - que FUJI avait encore une fois de plus remanié l'emplacement et forme des boutons :( La molette du menu avait même disparu (je l'aime bien cette molette moi !). Et ce fichu bouton "Q" qui change toujours de place... Grrr ! Et le mode SILENCE sur x-T1 qui impose d'aller dans le menu... alors que sur x-PRO1 et x100s, l'appuie de 2" sur DISP-BACK permet de l'activer ou pas.
Sur ce point crucial, je tiens à dire que c'est le GROS point noir de cette gamme X : son manque d'homogénéité ergonomique. Mais ce n'est que mon avis.

One of the wine's brothers | FUJI x100s

Au delà de çà, les évolutions constantes du firmware démontrent bien que FUJI reste attentif aux desiratas de ses clients. Je l'avais souligné dès mon arrivé au sein de la série X. Il est rare qu'un fabricant s'intéresse aux évolutions possibles de ses anciens boitiers par la mise a jour constante de son firmware. On espérait depuis longtemps un AF digne d'un grand réflex ? FUJI a décidé de marquer le pas en nous proposant prochainement (courant juin) une MAJ qui devrait révolutionner ses 2 derniers boitiers (ainsi que le x-t10 ?). En tous cas, l'annonce en fait saliver plus d'un. Et le monde du réflex traditionnel a du soucis à se faire tant l'offre permettra encore une fois de réduire l'écart qui les sépare : AF 3D avec suivi, AF groupé ou par zone,...

Et puis, avec le temps et l'usage, je trouve les mirror-less de plus en plus agréables. Les capteurs, probablement plus exposés qu'un réflex, restent très faciles à entretenir : pas de miroir à basculer, pas de profondeur à sonder, non, tout est là. Un coup de soufflette et hop, les poussières envolées ! Le poids (oui je sais, je l'ai déjà évoqué) ou compacité, le silence au déclenchement, leur faible consommation, l'absence ou presque de pièces mécaniques, bref, que du bonheur.

Et puis quel plaisir de s'amuser à faire la mise au point en mode manuel, voire de monter par le biais de bagues d'adaptation des optiques d'autres marques, comme ici avec le SIGMA 10-20mm sous monture NIKON (assemblage de plusieurs vues) :

Theatre La Fenice | FUJI x-T1 + 10-20mm SIGMA EX

En ce qui me concerne, la vente d'image conçue par mes FUJI démontre que le cap est bien franchi : shooting mode, séance de portraits, photos de paysage, couv de magazines, photos de reportages ou parutions publicitaires. Toutefois, psychologiquement, le syndrome du "gros" boitier est encore bien ancré et tente à rassurer nos interlocuteurs, qu'ils soient clients ou modèles. J'use parfois de stratagèmes pour éviter que le doute s'installe, amenant du gros matériel sur site, puis prétextant quelques photos tests avec mes FUJI, je commence à shooter, basculant parfois avec le gros réflex venu plutôt en figurant ou sécurité, histoire de... C'est lorsque je finis par un "C'est bon, c'est dans la boite !" que parfois certains réalisent ma forfaiture. En d'autres occasions, je préfère sortir mon x-PRO1 et x100s plutôt que le x-T1, au look plus "raffiné", qui se confondent plus volontiers avec des Leica. Là, pas ou peu d'interrogation. Ah ! Le prestige des grandes marques...


Venise sous un ciel chargé :

Gold Rays of Venice | FUJI x-T1 + 35mm

Certains me demandent quand vais-je passer le pas, celui du 100% FUJI. J'avoue que j'y pense depuis quelques années, mais certains projets aux approches trop spécifiques m'imposent encore de m'appuyer sur du matériel éprouvé. En condition studio, j'ai toujours quelques difficultés à utiliser avec autant de facilités mes boitiers FUJI que mon ensemble NIKON/ELINCHROM... ou encore simplement avec une batterie de flashes cobra. Mais l'étape n'est pas infranchissable.

Que nous réserve l'avenir ?


Le x-PRO2, l'arlésienne de FUJI, risque finalement de voir le jour en fin de cette année. C'est un peu par contrainte car tout le monde attend que ce boitier, qui a été le fleuron de la gamme X et a permis à la marque Nippone de redorer son image, puisse profiter d'une évolution à la hauteur de sa renommée. Longtemps des bruits de couloir nous ont fait espérer qu'un nouveau capteur, "organique", capable de prouesses inégalées jusqu'à présent, était en cours de conception En fait, personne n'en sait plus rien. La rumeur parle désormais d'une évolution du capteur x-TRANS passant de 16Mp à 24Mp. Bien sûr, le x-PRO2 profitera des dernières nouveautés retrouvées sur le x-T1 ou x-100T (wifi, écran orientable, viseur amélioré, double slot, un processeur graphique performant, un AF de dingue...).

Le x-t10 fraichement annoncé démontre toutefois que FUJI s'essouffle un peu et commence à tourner en rond. Fière de son succès, elle démultiplie sa gamme : on est passé de boitiers experts (x-PRO1, x100) a des dérivés plus accessibles (x-E1, x-E2...) puis plus grand public (x-10, x-20, x-M1...) pour venir enfin surfer chez les pros et amateurs confirmés (x-T1 et x-T10). Le renouvellement de gamme par le x100T qui ne voit pas d'amélioration côté optique m'a - il est vrai - un peu déçu. Pourtant, c'est aussi là que je l'attendais, cette fameuse évolution. Elle n'est pas venue. Peut-être pour plus tard. Mais cette profusion de boitiers par des gammes et sous-gammes commence à devenir perturbante et rend la "segmentation produits" assez confuse. Je redoute que FUJI étouffe certains boitiers et, à l'instar de ses concurrents, délaissent certaines gammes pour se concentrer sur celles qui seront les plus génératrices de profit, les plus "grands publics", provoqué par un début de migration mis en avant par les "pro" et qui va gagner de plus en plus de terrain chez les "amateurs". A suivre.

Les Tambours du Bronx en Off :

Tambours du Bronx | FUJI x-PRO1

Lever de soleil sur Belleville au x100s

Sunrise at Belleville | FUJI x100s

Côté optique, reconnaissons que la roadmap est époustouflante. La qualité des optiques chez FUJI est surprenante. Elle coiffe au poteau tous ses concurrents. Désormais, toutes les focales phares sont présentes, le catalogue s'étoffant de semestre en semestre. Un pro peut désormais switcher sans inquiétude : il retrouvera ses équivalences, voire même mieux chez FUJI. Le gain de poids en plus. Par contre, le prix peut parfois en refroidir certains si on compare certaines optiques à ce qui existe déjà dans le monde APS-C. Malgré cela, j'attend avec impatience ce fameux 90mm-f/2 R : moi qui pratique le portrait, je ne pense pouvoir résister à l'envie de devenir un utilisateur d'un tel cailloux. J'en trépigne déjà !

Un de mes premiers portraits avec le 56mm-f/1.2 :

Old man | Fuji x-T1 + 56mm-f/1.2

Zeiss ou encore Samyang ne sont pas en reste en supportant la monture FUJI. Mon petit doigt me dit que Sigma s'intéresserait de plus en plus à ce segment et serait éventuellement prêt à proposer des adaptations de ses optiques APS-C. Si c'est le cas, vu le niveau d'excellence que pratique SIGMA de nos jours avec sa gamme ART, on ne peut que s'en réjouir !
Quant à l'évolution de la video sur ces boitiers, je n'en suis pas encore convaincu. Tout du moins sur des gammes experts où l'usage se destine davantage à la photo. En ce domaine, ergonomie et usage du matériel me semble pour l'instant un handicap. Mais allez savoir...

Je ne vais pas jouer au devin et rester plus terre-à-terre en me contentant de faire un simple constat.
Dans les prochaines années, il n'y a aucune chance de voir FUJI se pointer avec un capteur Full-Frame. Son excellent parc optique est uniquement conçu pour de l'APS-C et le restera. L'évolution du capteur ne peut se faire que du côté performance. Soit via son origine technologique (passer de l'organique, au lieu de x-TRANS), soit via sa résolution ; mais dans ce cas, on va vite tomber dans les travers des confrères où la course aux pixels prendra le pas sur l'innovation pure. Finalement, on perdra en sensibilité, et plus probablement, cela mettra en évidence des problèmes non perçus encore comme les limites optiques, tout du moins de certaines faiblesses à de tels niveaux d'exigence. Rappelez-vous, c'est ce qui est arrivé lorsque NIKON a proposé des boitiers avec des capteurs à très haute résolution, dont la rigueur ne laissait aucune chance à des optiques dites "moyennes". Le D3x ou les D800-810 en ont payé les frais...

Sunset in Beaujolais | FUJI x100s


Un avenir hautement excitant...


Fidèle aux choix stratégiques de FUJI, je reste confiant, mais vigilant. J'ai cessé de m'enthousiasmer à tout va ; j'ai suffisamment de recul et de "bouteille" pour me permettre de sentir si les moyens sont en accord avec les besoins, ou les objectifs attendus. Question d'harmonie, de feeling aussi... ;)

Pour l'instant, un palier vient d'être atteint : une belle renommée, totalement justifiée, et une percée notable chez les pros, même les plus endurcis. La sortie du x-PRO2 signera à mon avis une nouvelle étape à franchir. Mieux encore - et je l'ai déjà exprimé il y a quelques temps de cela - je rêve d'avoir en main un moyen-format à prix accessible, construit à l'ancienne, comme un Rolleyflex ou un Mamiya. Pourquoi pas ? Conçu ainsi, c'est-à-dire avec une optique intégrée, cela ne remettrait pas en cause dans l'immédiat le parc optique existant conçu pour les APS-C mais relancerait une nouvelle gamme d'appareil retro où l'image serait de nouveau au centre du concept, avec un rendu encore une fois des plus étonnants. Imaginez un instant la profondeur de champ d'un portrait en MF sur un 80mm/f2.8 ?

Top 20 de mes photos Flickr les plus consultées : 17 sont issues de mes FUJI !





Sans nul doute que FUJI nous réserve de merveilleuses surprises, et je le souhaite d'autant plus afin que mon engouement soit de nouveau exacerbé comme il l'a été à la sortie du x100, ainsi que du x-PRO1. Car si le matériel n'est qu'une simple extension de nos membres, un outil au service de la création, il n'en reste pas moins qu'il stimule nos envies, nous inspire, nous pousse à nous renouveler, à explorer de nouvelles voies, et même à nous dépasser.
Rien que pour cela, je remercie FUJI d'avoir attiser mes sens et avoir ainsi contribué depuis ces quatre dernières années à améliorer ma production d'image par une nouvelle approche "créative". J'en avais besoin.
Non.
Réflexion faite, nous en avions tous besoin ! ;)

MirrorLess passion | Autoportrait


MAJ : Certains lecteurs m'ont fait part de leur étonnement à propos des problèmes que j'ai rencontré sur l'usage du PAD sur le x-T1. Beaucoup m'affirment ne pas avoir été confrontés à ce type de problème sur leur modèle, qu'il soit BLACK ou SILVER. Ce qui confirme - sans que je n'ai pu le vérifier réellement à l'usage mais que la rumeur laissait supposer - qu'il existe(rait) 2 versions du x-T1 : une première version (la mienne) et une deuxième corrigeant ces soucis ergonomiques.
Lors d'un show-room FUJI, exposant mes (forts) regrets à l'usage de ce boitier, les démonstrateurs (commerciaux) présents étaient restés assez vagues sur ce sujet, avouant du bout des lèvres qu'il pouvait y avoir eu des soucis sur les premières versions mais feignant l'étonnement lorsque j'évoquais l'handicap certain que cela me procurait à l'usage. On m'a alors parlé de venir coller des caoutchoucs dessus. Impensable pour moi, sur un boitier nu coutant plus de 1200 E ! (un peu plus au moment de sa sortie)

J'ai demandé s'il existait un moyen, par le passage en SAV, pour améliorer ces boutons, voire les changer et on m'a répondu que "non". Grosse déception.

Si l'existence de deux versions s'avèrent bien réelle (ce que de multiples témoignages laissent encore une fois supposer), on ne peut que reprocher à FUJI de ne pas avoir proposé aux premiers possesseurs - ceux là-même qui ont payé le prix fort dès sa sortie - une solution permettant d'améliorer l'expérience utilisateur.
Personnellement, je suis resté sur une telle impression négative à l'usage que les inconvénients liées au manque de réactivité du boitier m'ont poussé, tout dernièrement, à prendre la décision de m'en séparer.
Par crainte mais aussi par incertitude, je n'envisage pas pour l'instant d'en reprendre un...




Pour en savoir plus:


- mes albums flickr avec ses rubriques classées par boitiers (x100, x100s, xPRO1, x20, x-T1,...).
- ma page Facebook "Dominik Fusina Art-Photography"





Vos commentaires :

Merci...

Le 08/06/2015, 15:20 par Marc
... pour ce retour d'expérience. Comme tu le dis bien, le switch total est tentant. Il n'y a pas vraiment de faux pas chez Fuji. Les optiques sont excellentes et ce capteur X-Trans est une merveille. Après, on pourra aussi trouver que décliner n boitiers autour d'un même capteur est un peu orienté "marketing" et c'est là la limite de Fuji. Le X30 et le X100T ont leur raison d'être (le capteur n'étant pas le même) mais entre le X-Pro1, le X-E2, le X-T1 on tourne un peu en rond. Bref, ça manque un peu de lisibilité. Sinon, tu es forcément dans la juste en disant que Fuji ne sortira jamais de FF. Il faudrait une sacré clientèle pour financer la création complète d'un parc optique dédié. En ce qui me concerne, je basculerai peut-être un jour mais ça me ferait quand même perdre pas mal d'argent à tout revendre... mais la tentation est bien là!

Le 08/06/2015, 15:29 par Dominik Fusina
En effet, on est bien d'accord sur la stratégie marketing qui tente à sortir trop de modèles dans des gammes trop proches. Perso, je ne m'y retrouve pas. Même le x-t10 est étrangement positionné, d'autant que son esthétisme est trop proche du x-T1 mais que sa petitesse, couplée aux optiques, risque de démontrer ses limites en terme de maintien ; Déjà que le x-T1...
Moi j'attend de vraies nouveautés. Et le MF - outre le parc optique qui s'étoffe de semestre en semestre - me semble pourquoi pas une vraie piste prometteuse...

Pas trop de problèmes avec le XT-1 pour moi

Le 08/06/2015, 20:14 par Guy Rougier
Finalement je continue à me réjouir d'avoir opté naguère pour l'achat d'un x-T1 convaincu que j'avais été par les arguments d'un certain...Dominik Fusina. Mais il faut dire que je n'ai pas une pratique aussi intensive que lui de la photo ni aussi professionnelle. Chez moi (pour l'instant) le gainage n'a pas gonflé, la fermeture du slot SD tient le coup et je me fais assez bien (Quoique !) aux dérapages incontrôlés de la molette de changement de modes. Un ennui qui n'est pas cité ici mais qui m'énerve beaucoup plus c'est le fait qu'il suffit de laisser "traîner" un peu ses doigts de la main droite sur le devant du boîtier pour que s'affiche la sempiternelle question "macro ou non ?". Il me semble qu'au fil des jours c'est tout de même de moins fréquent. J'ai l'attention qui devient efficace.Mais quand même ! Pour le reste ça va et je trouve le rendu des images toujours aussi époustouflant. J'ai un "lourd" EOS 5 D MK III dont la production ne me semble pas à ce niveau parfois. Mais qui m'est nécessaire quand je veux faire des photos d'oiseaux en vol par exemple et entre autres. Comme je n'ai pas d'autres boîtiers Fuji je ne peux pas faire de comparaison entre eux et éventuellement pester contre leur diversité trop appuyée et perturbante. Voilà. Je continue donc à remercier Dominik Fusina de m'avoir orienté vers le x-T1 et à le féliciter pour les très intéressants avis qu'il nous offre ainsi que pour la qualité de son travail photographique.

Tres interessant retour

Le 10/06/2015, 03:17 par Eric (Japon)
Bonjour Dominik. Merci pour ce retour fouille et tres bien illustre, c'est deja un sacre beau parcours pour 4 annees sur un systeme tout neuf. C'est un peu grace a toi que j'ai migre au tout Fuji il y a plus d'un an : j'etais tellement heureux de mon X100S que je n'utilisais presque plus mon D800 ! Du plaisir et au final pas de regrets. Bravo pour ce retour honnete, Fuji n'est pas parfait et il est bon de rappeler tous les petits details ou accrocs qui nous perturbent. A commencer par ce pad du X-T1 : j'etais acquereur a Tokyo le jour de sa sortie officielle (avant la France) et oui, je trouve le pad peu agreable, mais on s'y fait. Ceci etant, je comprends que tu jongles plus souvent entre boitiers, et c'est agacant. L'homogeneite d'interface est ce qui m'a pousse a garder le X-T1 mais a remplacer le X100S par le X100T : j'en suis tres heureux, le passage de l'un a l'autre est plus fluide et bien sur le traitement photo en serie est toujours aussi integre. Pour revenir au pad : j'ai lu sur des sites anglophone que 1-2 mois apres la sortie, X-T1 proposait de reparer gratuitement la fuite de lumiere au niveau de la trappe connectique (jamais eu de souci) et qu'on pouvait en profiter pour faire "changer" le pad contre paiement. Je suis alle au SAV Tokyo quelques mois plus tard : la fuite a ete reparee mais pour le pad ils m'ont dit que meme contre paiement aucun changement n'etait possible, bizarre donc. Ceci etant il me semble que sur les boitiers de test les boutons sont effectivement moins enfonces, mais au bout de plusieurs mois d'utilisation les differences s'estompent. Donc oui, dommage qu'ils aient fait une correction silencieuse, mais je ne me sens personnellement pas floue pour autant. Et le X-T1 silver est vraiment magnifique. Je me demandais pourquoi depuis quelques mois tu n'ecrivais plus rien sur Fuji, hors publications sur Flickr, maintenant je comprends mieux : c'est un outil, point. Et pour toi le X-T1 n'a pas ete la revolution, mais tu as l'excuse du X-PRO1 tres pro et bien construit. Ceci etant, je suis surpris de lire que tu ne mets pas de flash dans ta besace Fuji alors que tu en as pour celle Nikon : je trouve qu'avec les dernieres technologies j'ai pu me passer du fameux Nikon CLS : j'utilise encore un vieux SB600 mais j'ai revendu SB700/SB900 pour des flash Yongnuo avec une poignee de transmetteurs radio : c'est tout simplement parfait et je n'ai aucun regret. Ce qui est marrant, c'est que si j'ai perdu un peu d'argent sur la revente du D800, au final je me retrouve avec un kit plus complet que ce que j'avais chez Nikon mais plus leger et cela m'a meme laisse un peu d'argent pour des voyages grace au changement des optiques. Et au passage, quand on parle de gain de poids, c'est pas seulement pour le dos (quoique pour la rando montagne...) : on parle aussi de tous ces petits a-cote comme trepied et rotule de voyage enfin possible sans alterer la qualite, filtres ND moins encombrant... J'ai toujours dit "vive l'APS-C" : dommage que Canikon n'aient jamais daigne sortir une gamme complete de vraies optiques APS-C orientee experts. Je resumerai la difference Fuji et Nikon au fait que chacun fait de tres bonnes optiques, mais chez Nikon il faut le top de la gamme pour avoir une qualite a pleine ouverture au moins egale a celle de Fuji, c'est mon experience et c'est ce qui ressort des EXIF de tes photos sur Flickr.

Le 10/06/2015, 04:37 par Dominik Fusina
Eric > merci pour ton (long) retour. Et heureux d'avoir de tes nouvelles.
J'avoue que j'ai délibérément omis de faire une retour sur le x-T1, suite au ressenti mitigé que j'avais. Et les tentatives pour faire corriger les anomalies comme le PAD se sont soldés - comme pour toi - par un refus. J'ai trouvé cela un peu lâche et regrettable pour ceux qui, comme toi ou moi, avons investi les premiers et payons de fait les pots cassés. Pour ma part, je possède (ou ai possédé) pas moins de 5 Fuji de la série X en un peu plus de 4 ans. J'aurai aimé - mais c'est toujours la part de rêve et d'illusion qui nous habite tous un jour - que FUJI démontre un peu plus d'attention, histoire que mon retour positif continue sur sa lancée. Les erreurs sont admises. Mais quand elles prennent en otage des utilisateurs confirmés et convaincus, cela passe parfois avec un peu plus de mal. Utilisant et travaillant au quotidien avec des boitiers haut-de-gamme, je ne peux accepter de subir des gênes ergonomiques et fonctionnelles à répétition. Je trouve parfois des solutions, mais dans le cas présent, les bidouilles me semblaient trop "cheap" sur des boitiers coutants tout de même plus de 1200 E chacun (et ne parlons pas des optiques). Ce qui reste le plus insupportable, c'est cette réticence à reconnaître que la résolution ergonomique a fait l'objet d'une nouvelle version légèrement modifiée, sans proposer une alternative aux possesseurs le demandant. Cela coutait quoi à FUJI outre le fait de gagner en "image" en démontrant qu'ils ne tombaient pas dans les travers de certains concurrents trop avares et hautains ? J'ai donc quelques regrets suite à ce x-T1 né avec une malformation congénitale. Surtout que la plupart des photographes de mon entourage ayant acquis ce boitier ne rencontre pas ce soucis !
Sinon, côté lumière, je shoote avec mon kit PocketWizard et mes SB-900. Mais il m'arrive encore de galérer par mal, ne retrouvant pas mes marques assez rapidement, ce qui, dans certains cas (pris par le temps) m'impose de basculer sur mon matos NIKON.
Au vu des soucis de gestion de mon matos en SAV et du manque de dialogue (du moins ici en France, même si j'ai désormais un interlocuteur commercial FUJI assez sympa), je m'interroge sur les potentialités de la marque à offrir un service PRO. Les 7 jours de retour matériel pour mon x-PRO1 n'ont pas été assuré (ni pour mon optique 60mm envoyée à réparée par ailleurs), et en cas de dépassement, aucune solution de prêt. Sur ce point, j'avoue mon inquiétude d'envisager une bascule intégrale...

Le 16/06/2015, 13:20 par Pascal_07
Merci pour le temps accordé à cette synthèse. Comme les autres, je fais parti de ceux qui sont passé chez Fuji en lisant votre blog (X-E1 pour voir et maintenant X-T1 et 56mm). Oui, les boutons pads ne sont pas assez saillants.....! Je me demande pourquoi n'êtes-vous tjs pas ambassadeurs comme Fred Boehli ou Julien Apruzesse ? Habitant Lyon, j'aurai pris plaisir à vous croiser à la journée Fuji du 29 Mai. Merci encore.

Qualité images fuji x100

Le 25/07/2015, 18:00 par Bidouille2004
Bonjour, je possède un fuji x10 et plus récemment un x20. Néanmoins, je pense avoir fait une erreur d'achat car le x20 est presque identique au x10. Aussi, j'envisage de revendre le x10 et d'acheter un x100 ou x100s d'occasion uniquement pour gagner en qualité d'image. Est ce que, objectivement parlant (jeu de mot), il y a une différence de qualité d'image entre le x100 et le x100s (piqué, grain etc...). Je précise que je fais beaucoup de noir et blanc directement issu du boitier. Merci d'avance pour la réponse et félicitation pour vos images et votre tour du beaujolais en 80jours. J'habite à SAIN BEL (69210) et je trouve cette région magnifique. Cordialement

Le 26/06/2016, 01:15 par Sergeant89
Bonjour, Merci pour votre article sur fujifilm, ça m'a fait plaisir de tomber dessus... je souhaite acquérir prochainement un appareil Fujifilm pour mes voyages afin de ramener des souvenirs avec moi, de belles photos..je ne veux pas me trimbaler avec un sac de 20 kilos avec moi, un appareil et 2 ou 3 objectifs me suffiront..mais après avoir lu votre article, j'hésite sur l'appareil fujifilm a acheter, j'avais choisi un fujifilm x-t1 qui me sembler être un bon choix mais avec les problèmes que vous avez rencontré, ça me freine un peu... Pouvez vous m'orienter ? Merci

Quoi de neuf pour 2017 ?

Le 30/01/2017, 09:25 par Eric (Japon)
Hello Dominik. En 2016 on ne peut pas dire que tu nous aies fait beaucoup saliver avec Fuji, avec pourtant deux nouveaux superbes boitiers (Xpro2/Xt2). J'ai le second depuis son jour de lancement au Japon, pas de glitch technique cette fois sur les tous premiers modeles. Tu nous regales sur Flickr avec ton Nikon (et quand meme ton X100S), mais j'espere bien retrouver ta passion tres prochainement. Avec le X100F peut-etre ?

Le 17/03/2017, 08:55 par Dominik Fusina
ERIC > disons que je ne met pas toute ma prod d'images FUJI en ligne. Et j'avoue aussi que le faire ne m'apporte rien mis à part de recevoir de nombreux mails ou coups de fil de personnes souhaitant avoir des conseils d'achat. C'est plutôt gratifiant. Mais n'étant pas officiellement ambassadeur FUJI, cela devient un peu embarrassant au fil du temps pour ne pas dire agaçant (je répond courtoisement et avec passion, mais n'ayant aucun intérêt dans l'affaire, j'avoue donner désormais la priorité à mes projets plutôt qu'à la promotion de matériels de fabricant avec qui je n'ai aucun partenariat ni relation). Ce qui explique, entre autre, pourquoi on voit moins de mise en avant d'images réalisées avec mes FUJI. Mais je reste un vrai et fidèle passionné de cette marque innovante.

J'aurai bien aimé comparer le x100f au x100s, ou encore le XPRO2 au XPRO1. Mais je n'ai pas la possibilité d'en avoir sous la main pour me faire une idée. Et le renouvellement de mon matos n'est pas prévu dans l'immédiat.

NIKON reste du coup mon matériel de travail principal, même si j'ai toujours 2 à 3 FUJI dans mon sac en permanence.

Je suis relativement plus intéressé par le FUJI GFX, ce moyen format que j'avais prédit et espéré il y a plusieurs années déjà et qui pourrait correspondre à certaines de mes attentes
On m'avait promis en septembre dernier de pouvoir effectuer un test en studio de ce bijou. Le temps passant, je doute que je puisse avoir cet honneur, ou encore un intérêt quelconque. Je reste toutefois optimiste et si tel est le cas, je n'hésiterai pas à mettre en ligne un test complet de ce boitier pour vous donner à tous mes impressions.

NB : je lance semaine prochaine mon tout nouveau site web relooké. Il sera plus actif que jamais ! Tests et news sur pas mal de sujets photos. Une résurrection nécessaire

Exprimez-vous...
Nom ou pseudo (obl.)
Email (obl.)
Web
Titre
Message (req.)
Captcha
Recopiez ce code...
>>>
dominikfoto - View my recent photos on Flickriver

©2009, Fusina Dominik - All contents are copyrighted